Eric Drouet relaxé des accusations de violence, mais condamné à une amende pour port d'arme

Auteur: RT France

Le Gilet jaune a été relaxé des accusations de «participation à un groupement formé en vue de violences ou de dégradations» mais condamné pour «port d'arme prohibé de catégorie D» lors de l'acte 6 du mouvement, à l'issue de son procès à Paris.

Figure du mouvement des Gilets jaunes, Eric Drouet a été relaxé des charges de «participation à un groupement formé en vue de violences ou de dégradations», mais condamné à 500 euros d'amende avec sursis pour «port d'arme prohibé de catégorie D [une matraque selon la justice]» à l'issue de son procès au tribunal de grande instance de Paris. 

L'avocat du militant, Khéops Lara, s'est réjoui devant la presse, dont RT France, de la relaxe partielle de son client qui se trouve blanchi par le tribunal de toute intention violente. Khéops Lara a cependant expliqué que son client allait faire appel de la décision pour contester cette condamnation qui «valide l'interpellation» de son client.

Eric Drouet avait décrit, en juin dernier, lors des débats, l'arme qu'il portait lors de son arrestation le samedi 22 décembre pour l'acte 6 des Gilets jaunes comme un «souvenir» de son père, oublié dans le sac à dos qu'il utilise habituellement au travail. Selon lui il s'agissait d'un simple «bout de bois», alors que l'accusation évoquait une «matraque».

«En tant que routier on a tous quelque chose pour se défendre», avait-il assuré à l'audience. Son avocat avait par ailleurs déclaré que les manifestants se trouvant dans les rues du quartier parisien de la Madeleine au moment de l'arrestation étaient pacifiques. 

L'avocat du Gilet jaune originaire de Melun, qui n'était pas présent lors de l'énoncé de ce délibéré, s'est réjoui sur ce point que le tribunal ait «considéré que ce jour-là, lorsqu'il a été interpellé, les problèmes de violence étaient liés à son interpellation». 

Le 5 juin, le parquet avait requis quatre mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende, estimant qu'Eric Drouet était alors «dans une logique de violence», ce qu'il avait fermement démenti.

Eric Drouet avait déjà été condamné le 29 mars à Paris à 2 000 euros d'amende, dont 500 avec sursis, pour l'organisation de manifestations «sans déclaration préalable» le 22 décembre et le 2 janvier. Contestant être un «organisateur» du mouvement, il a fait appel.

Auteur: RT France

Lire aussi : Maxime Nicolle porte plainte pour menaces «de kidnapping, de torture et de meurtre»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»