Nomination éclair après la démission de Rugy : Borne se retrouve avec un double portefeuille

Nomination éclair après la démission de Rugy : Borne se retrouve avec un double portefeuille© LUDOVIC MARIN Source: AFP
Elisabeth Borne, avant une réunion avec les syndicats de cheminot à Paris, le 5 avril 2018 (image d'illustration).

Poste maudit ? Pour la deuxième fois depuis l'arrivée de Macron à l'Elysée, le ministère de l'Ecologie se retrouve vide. Après la démission de Nicolas Hulot, c'est au tour de François de Rugy de laisser sa place. Pour lui succéder : Elisabeth Borne.

Les pronostics n'auront duré que quelques heures. Dans la foulée de la démission de François de Rugy, accablé par une succession de révélations quant à son train de vie, Elisabeth Borne, actuel ministre du travail, a été choisie ce 16 juillet pour prendre la tête du ministère de la transition écologique et solidaire. Du fait de cette nomination éclair, l'ancienne directrice du cabinet de Ségolène Royal se retrouve avec un double portefeuille.

«La confiance que m'accordent le président de la République et le Premier ministre est un immense honneur. Déterminée à poursuivre ce combat essentiel qu'est la transition écologique et solidaire. Au travail dès demain», a tweeté dans la nuit du 16 au 17 juillet Elisabeth Borne.

Avec les enjeux politiques majeurs qu'incarne la question écologique, a fortiori depuis la montée des Verts aux européennes, «le président a souhaité que cela aille extrêmement vite», a affirmé une source proche du gouvernement citée par l'AFP.

La nomination d'Elisabeth Borne, ex-directrice de la RATP de 2015 à 2017 et ancienne directrice de cabinet de Ségolène Royal au ministère de l'Ecologie en 2014, est «une évidence», a commenté la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye.

Les premières réactions de l'opposition...

Du côté de l'opposition, l'arrivée d'Elisabeth Borne à la Transition écologique n'a pas tardé à faire réagir la classe politique, comme en témoignent les premiers messages publiés à ce sujet sur les réseaux sociaux. 

Julien Bayou, porte-parole d'Europe Écologie Les Verts, a dénoncé un «décalage entre les discours et les actes» du gouvernement : «[Elisabeth Borne] n'est pas ministre d'Etat. Une ministre des transports qui a accompagné le déclin des petites lignes et la réduction du fret ferroviaire (et pas uniquement rungis Perpignan)», a-t-il commenté sur Twitter. 

«L’écologie est rétrogradée en 2e division en perdant son ministère d’Etat quelques semaines après le verdissement de l’acte 2 du quinquennat», a pour sa part estimé Julien Odoul, membre du bureau national du RN.

Même constat au Parti communiste, comme en témoigne le commentaire du PCF à ce sujet : «Nommer à l'Ecologie celle qui s'apprête à remettre 25 000 camions sur les routes en fermant la ligne Perpignan-Rungis, c'est fort !»  

Lire aussi : S'estimant victime d'un «lynchage médiatique», Rugy se compare à Bérégovoy (EN CONTINU)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»