Dupont-Aignan veut-il vraiment la peau d'élus LREM ? Il dénonce «une tempête dans un verre d’eau»

Dupont-Aignan veut-il vraiment la peau d'élus LREM ? Il dénonce «une tempête dans un verre d’eau»© Dominique Faget Source: AFP
Nicolas Dupont-Aignan (image d'illustration).

Lors d'un rassemblement à Orly, le député de l'Essonne a créé la polémique en appelant à «ne pas laisser repartir vivants les députés En Marche ! s’ils votent le projet loi Pacte». L'élu a lui-même réagi, évoquant «une expression populaire».

Présent le 16 février à l'aéroport d'Orly dans le cadre d'une manifestation pour dénoncer les nuisances aériennes, le député de l'Essonne Nicolas Dupont-Aignan a créé la polémique après avoir déclaré, lors de son intervention, qu'il ne fallait pas «laisser repartir vivants les députés En Marche ! s’ils vot[aient] le projet loi Pacte». Il faisait référence au Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises, un projet de loi défendu par le gouvernement d'Edouard Philippe.

Propos «scandaleux», «graves et irresponsables», «pseudo-humour» ou encore «dérapage verbal» : les critiques n'ont pas tardé à fuser à droite, comme à gauche. «Le rôle d’un élu n’était pas d’appeler au lynchage d’autres élus» a pour sa part estimé le président LR du conseil départemental de l’Essonne, François Durovray, également présent au rassemblement.

C’est une expression populaire, il n’y avait aucune intention malveillante.

Face au tollé provoqué par ses propos, Nicolas Dupont-Aignan a dénoncé «une tempête dans un verre d’eau», affirmant qu'il avait tout de suite précisé qu’il s’agissait d’une blague, selon ses propos rapportés par Le Parisien. «J’ai même dit "ils ne vont pas sortir vivants politiquement", pour qu’on ne puisse rien me reprocher. C’est une expression populaire, il n’y avait aucune intention malveillante» s'est-il défendu avant d'évoquer «une pure instrumentalisation».

En outre, le fondateur de Debout la France a maintenu son hostilité à la loi Pacte, affirmant, en parlant des élus LREM : «Je maintiens qu’ils sont gonflés d’être venus [à Orly]. Ils feraient mieux de s’occuper de ne pas voter pour la loi Pacte, qui revient à l’Assemblée en mars.»

Au mois d'octobre 2018, Nicolas Dupont-Aignan avait expliqué, dans une tribune publiée sur Marianne, les raisons de son opposition au projet de loi Pacte, dont il avait ouvertement dénoncé le volet des privatisations. «Loin de renforcer la concurrence, ces privatisations vont offrir des situations de rente abusive à des actionnaires privés» avait-il expliqué, entre autres.

Lire aussi : Nicolas Dupont-Aignan dénonce «l'escroquerie financière des privatisations de la loi Pacte»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»