Quand un très proche conseiller de Macron travaillait à l'élection de Maduro

Quand un très proche conseiller de Macron travaillait à l'élection de Maduro© Martin BUREAU Source: AFP
Ismaël Emelien aux abords de l'Arc de Triomphe le 14 mai 2017, (image d'illustration).

Alors que l'Elysée semble soutenir l'opposant Juan Guaido qui s'est autoproclamé «président par intérim» du Venezuela, que penser du rôle assumé d'Ismaël Emelien, proche conseiller d'Emmanuel Macron, dans l'élection de Nicolas Maduro en 2013 ?

Emmanuel Macron a salué la contestation politique en cours au Venezuela en déclarant sur Twitter le 24 janvier : «Après l’élection illégitime de Nicolas Maduro en mai 2018, l’Europe soutient la restauration de la démocratie. Je salue le courage des centaines de milliers de Vénézuéliens qui marchent pour leur liberté.» Cependant, il semblerait qu'au moins un membre de son entourage ait pris part à cette «élection illégitime».

Comme l'avait révélé L'Express en 2016 et rappelé Mediapart en 2017, Ismaël Emelien, proche collaborateur du président de la République à l'Elysée, qui était sorti de l'ombre à son corps défendant pendant l'affaire Benalla, a travaillé pour l'accession au pouvoir de Nicolas Maduro lorsqu'il figurait dans les rangs de l'entreprise Havas Euro-RSCG en 2013

Interrogé par Mediapart, l'intéressé n'a d'ailleurs jamais nié son implication, comme le relevait l'émission Arrêt sur images en 2017 : «Je suis allé au Venezuela deux fois trois jours. J’ai consacré à cette mission environ une journée par semaine pendant trois mois.» Et de concéder : «C'est vrai, je ne suis pas satisfait de cette campagne, mais, à l'époque, Maduro était considéré comme le Lula vénézuélien.»

Selon le site d'enquête «le contrat d’Havas au Venezuela a commencé début 2013». Hugo Chavez était alors mourant et souhaitait préparer sa succession en promouvant son dauphin, Nicolas Maduro. Proposant force spots publicitaires, documentaires et autres conseils en meeting, ainsi qu'une expertise en matière de réseaux sociaux, Havas a donc eu pour mission d'aider à l'élection de Nicolas Maduro. 

Lire aussi : Venezuela : l'ONU demande une enquête sur l'«usage excessif de la force» (EN CONTINU)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»