Jean-Luc Mélenchon dénonce une «tentative de coup d'Etat» au Venezuela

Jean-Luc Mélenchon dénonce une «tentative de coup d'Etat» au Venezuela© REUTERS/Vincent Kessler
Jean-Luc Mélenchon a réagi à la crise au Venezuela.

Le dirigeant de La France insoumise a été le premier homme politique à réagir en France à la crise en cours au Venezuela, où le leader de l'opposition Juan Guaido s'est auto-proclamé «président en exercice», ce qui a été reconnu par les Etats-Unis.

«Venezuela : une tentative de coup d'Etat en violation de tous les principes admis jusque là dans le monde après une élection», a tweeté Jean-Luc Mélenchon dans la soirée du 23 janvier.

Lire aussi : Trump reconnaît l'opposant pro-américain Juan Guaido «président par intérim» du Venezuela

Le leader de La France insoumise était le premier homme politique, en France, à réagir à la crise en cours dans le pays d'Amérique latine.

L'Elysée n'a pas réagi officiellement, même si une source du gouvernement français citée par Reuters a déclaré : «Nous suivons la situation de près et nous consultons nos partenaires européens.»

Ce même 23 janvier, le vénézuélien Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale sous contrôle de l'opposition, s'est auto-proclamé «président par intérim» du pays lors d'un rassemblement de ses partisans, 13 jours après l'investiture du président socialiste Nicolas Maduro, élu pour un second mandat. La déclaration a été faite alors que des milliers de partisans, mais aussi des milliers d'opposants au successeur d'Hugo Chavez ont participé à différentes manifestations dans le pays.

Quelques instants après la déclaration de Juan Guaido, les Etats-Unis, suivis dans la foulée par plusieurs de leurs alliés (Canada, Brésil, Colombie etc), ont reconnu l'opposant vénézuélien comme «président par intérim» du pays. Le Mexique et la Bolivie, tous deux dirigés par des leaders socialistes, ont de leur côté apporté leur soutien à Nicolas Maduro.

Le président vénézuélien, qui a pris la parole depuis le palais présidentiel de Miraflores à Caracas, a annoncé que son pays rompait ses relations avec les Etats-Unis. Il a donné 72 heures aux diplomates américains pour quitter le pays.

Lire aussi : Venezuela : alignée sur les USA, l'Amérique latine reconnaît le «président par intérim» autoproclamé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter