A Grandpuits, les producteurs de colza entament le blocage de la raffinerie Total (IMAGES)

 A Grandpuits, les producteurs de colza entament le blocage de la raffinerie Total (IMAGES)© Jonathan Moadab / RT France
A Grandpuits en Seine-et-Marne, le blocage de la raffinerie Total débute

Pour protester contre les importations d'huile de palme pour la production de biocarburant, au moins 150 agriculteurs ont commencé le blocage de la raffinerie Total de Grandpuits en Seine-et-Marne. Le reporter de RT France est sur place.

La coupe est pleine. Les agriculteurs en veulent à l'Etat qui, par le biais du ministre de l'Ecologie Nicolas Hulot, a autorisé une raffinerie Total près de Marseille à importer 300 000 tonnes d'huile de palme par an de Malaisie et d'Indonésie, pour la fabrication de biocarburant. L'ouverture des marchés français à d'autres pays producteurs ne respectant pas les mêmes normes de production rencontre l'opposition des exploitants agricoles qui souhaitent se faire entendre du gouvernement. 

Les agriculteurs avaient prévu de bloquer 14 sites stratégiques en France le 10 juin dans la soirée. A partir de 23h, plus d'une centaine d'agriculteurs ont entamé le blocage de la raffinerie Total de Grandpuits, comme l'a constaté le reporter de RT France, Jonathan Moadab.

Louis-Daniel Champy, producteur de colza destiné à l’agrocarburant, a confié au micro de RT France : «L'huile de palme n'est pas du tout produite de manière respectueuse de l'environnement.»

«[Ce qui va être importé] va nous obliger à réduire notre production de colza, qui s'intègre elle dans la diversification», analyse-t-il encore.

Sous le mot-clé #SauvezLesAgri, le premier syndicat agricole, la FNSEA, et les Jeunes Agriculteurs (JA) ont appelé à l'occupation de ces 14 sites.

Céréalier à Maison-Rouge et président de la FDSEA 77, Cyrille Millard affirme devoir payer 4 000 euros de charges supplémentaires depuis un an. «De l’autre côté, on autorise les importations de produits interdits. Les agriculteurs français n’ont plus les moyens de faire face à cette distorsion de concurrence», a-t-il notamment déclaré au site actu.fr.

La raffinerie fonctionnera normalement en interne mais les agriculteurs devraient empêcher tout approvisionnement des camions, avec une occupation prévue 24 heures sur 24. «Des collègues de l’Aube, de l’Aine, de l’Yonne et de la Nièvre viendront nous relayer. Nous sommes vraiment déterminés», confie Cyrille Millard, ajoutant : «On bloquera tant que nous n’aurons pas de réponse du gouvernement.» 

La raffinerie, elle, évoque un événement extérieur auquel elle se prépare. Le site continuera de fonctionner et si le blocage ne dure pas trop longtemps, il n’y a pas de risque de pénurie à court terme. Les protestataires envisagent d'étendre le blocage, au moins jusqu'au 13 juin.

Lire aussi : Grèves de la faim, blocage, siège : les salariés du Rouvray à bout de nerfs maintiennent la pression

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter