Marée populaire : manifestations dans toute la France contre la politique du gouvernement

A l'appel d'une soixantaine de syndicats, de partis de gauche et d'associations, des rassemblements se tiennent partout en France pour protester contre le gouvernement Macron. Un vrai test pour la convergence des luttes.

Mise à jour automatique
  • Interrogé par BFMTV, le ministre de l'Intérieur estime que sept membres des forces de l'ordre ont été légèrement blessés dans des heurts avec des casseurs. Il ajoute que les manifestants «sont complices» des casseurs «par leur passivité».

  • Les premiers chiffres ont été annoncés peu avant 17h : la «marée populaire» a réuni près de 21 000 personnes selon la préfecture de police. La CGT annonce, quant à elle, la mobilisation de près de 250 000 manifestants en France, dont 80 000 à Paris.

  • Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon sont évidemment présents.

  • Une manifestante brandit une pancarte en reprenant l'un des slogans d'Emmanuel Macron «Make our planet great again», en invoquant l'austérité, les bombardements en Syrie, la destruction du service public, etc.

  • A Saint-Nazaire, la tête du cortège fait la «ola».

  • Selon France bleu, une centaine d'individus cagoulés se sont installés en tête de cortège à Nantes.

  • D'après un journaliste de l'Agence Capa, au château de Caen, «plusieurs milliers de personnes défilent sous le soleil».

  • Selon un journaliste du Figaro, une quarantaine de Black Blocs tente d'intégrer la manifestation. Ces individus semblent s'immiscer dans le cortège sous les huées.

    Une heure après le début de la manifestation, la préfecture de police a d'ailleurs fait savoir que 32 personnes avaient été interpellées, notamment pour port d'arme, rébellion ou participation à un groupement en vue de commettre des violences.

  • Une Marianne au masculin fait partie des invités de la manifestation.

  • Le personnel d'Air France, entreprise tourmentée par un conflit social depuis plusieurs mois, figure aussi à la «marée populaire».

Découvrir plus

Le printemps de contestation sociale se poursuit ce 26 mai. Plus de 60 syndicats, associations et partis politiques, dont la CGT, Attac, La France insoumise et Europe Ecologie Les Verts, participent à travers toute la France à une manifestation baptisée «Marée populaire». Une mobilisation qui vise à s'opposer à la «restructuration en profondeur de la société» voulue par le gouvernement d'Emmanuel Macron.

De la défense de la fonction publique à la lutte contre l'introduction de la sélection à l’entrée de l’université, en passant par la dénonciation de la loi «répressive contre les migrants» ou encore la défense des quartiers populaires et des retraités, cette mobilisation est un véritable test pour la convergence des luttes prônée par Jean-Luc Mélenchon.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter