Stress au travail : en un an, le cabinet d'Edouard Philippe et Matignon ont lessivé 14 secrétaires

Stress au travail : en un an, le cabinet d'Edouard Philippe et Matignon ont lessivé 14 secrétaires
Illustration : un employé s'assure de la propreté du tapis rouge à Matignon, photo ©PATRICK KOVARIK / AFP

Trop de stress, pas assez de considération, peur d'être virée à tout moment... La vie des secrétaires du cabinet du Premier ministre est, à en croire L'Express, un enfer. Matignon ne nie pas et met en avant séances de massage et journées bien-être.

Matignon gère-t-il son personnel comme une start-up ? D'après le magazine L'Express daté du 24 mai, pas moins de 14 secrétaires, toutes des femmes, ont jeté l'éponge, soit de leur propre chef, soit congédiées, dans une atmosphère décrite comme «délétère».

Travail dans le stress avec la peur d'être virée à tout moment

En détail, le secrétariat du Premier ministre aurait vu partir à lui seul six collaboratrices, dont trois volontairement et trois remerciées. En cause, d'après L'Express qui a contacté le Syndicat autonome des personnels des services du Premier ministre (SAPPM), des conditions de travail exigeantes et stressantes, sur fonds de fréquentes «engueulades». 

Le climat rue de Varenne a même justifié l'intervention d'une société de conseil en entreprise pour réaliser un audit sur les conditions de travail à Matignon. Parmi les griefs, on relève notamment : «[Un] travail dans le stress avec la peur d'être virée à tout moment», ou encore : «Nous sommes considérées comme des pions que l'on manipule au gré non pas des besoins mais des humeurs de chacun».

Stress au travail : en un an, le cabinet d'Edouard Philippe et Matignon ont lessivé 14 secrétaires
Document Cabinet Reor/L'Express

En cause aussi, une organisation du travail qui laisse à désirer. Ainsi, les services de secrétariat fonctionnent en brigades qui se relaient pour en assurer la continuité, en horaires décalés. «Le travail en brigades induit des pertes d'informations et des bugs. Souvent, celles qui commencent quelque chose le matin n'en voient jamais l'aboutissement, qui est réalisé l'après-midi par d'autres. Cela peut être difficile à supporter», explique de son côté le chef de cabinet d'Edouard Philippe, Anne Clerc. 

Celle-ci rappelle par ailleurs que les secrétaires, bénéficiant du statut de fonctionnaire, retrouvent leur administration d'origine. Anne Clerc souligne en outre que des «journées bien-être» sont régulièrement organisées et qu'une masseuse-relaxologue propose ses services aux salariés une fois par semaine.

Lire aussi : Polémique : pour Muriel Pénicaud le burn-out «n'est pas une maladie professionnelle»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter