A la plage, le roi Salmane ne veut pas de femme policière pour veiller sur lui

Agent de police à la sortie de la plage privatisée© Jean-Paul Pelissier
Agent de police à la sortie de la plage privatisée

Décidément le souverain saoudien n'en a pas fini de nous donner de ses nouvelles concernant ses vacances en France. La dernière en date? Un émissaire du roi aurait prié une femme CRS de s'éloigner de la plage qu'elle était censée surveiller.

C'est le quotidien Marianne qui révèle l'affaire. 

Une demi-compagnie de CRS, en l'occurrence la CRS n°3 aurait été mobilisée pour encadrer et sécuriser le séjour azuréen du roi.

Seulement voilà parmi ces fonctionnaires, se trouvent des femmes. Et qu'importe l'uniforme et la fonction, pour le roi une femme reste une femme.

Par pudeur, certains diront par pudibonderie, une femme CRS a ainsi été écartée de ce dispositif de sécurité mis à la disposition du monarque saoudien.

Selon l'article de Marianne, si la fonctionnaire aux attributs féminins peut à la rigueur continuer à surveiller la villa si elle le souhaitait, elle devra désormais s'éloigner de la plage à l'heure du bain.

De façon étonnante, l'émissaire du roi chargée d'éloigner la CRS s'est bien gardé de laisser aucune trace écrite.

Cependant, la fonctionnaire aurait plutôt mal pris cette ordre et s'en serait plainte auprès de ses supérieurs. Ceux-ci auraient alors insisté pour que tout cela reste off tout en informant le Ministère de l'Intérieur.

L'affaire ne s'arrête pas là puisque les fonctionnaires de police de Vallauris ont été ensuite remplacés par une compagnie de CRS à qui a été donné l'ordre immédiat de ne pas placer de femmes sur la plage.

Selon le syndicat Unsa-CRS joint par Le Figaro, la fonctionnaire a été affectée à la surveillance du parc automobile du monarque. Une décision surprenante pour le syndicat qui tiendrait à des questions diplomatiques. Unsa-CRS estime également que cette décision de changer l'affectation de la fonctionnaire est «scandaleuse».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales