«Et les pédophiles ?» : la blague de Bruckner sur l'écriture inclusive qui ne passe pas

«Et les pédophiles ?» : la blague de Bruckner sur l'écriture inclusive qui ne passe pas© Miguel Medina Source: AFP
L'écrivain Pascal Bruckner

Qualifiant l'écriture inclusive de «mélange de crétinisme et de totalitarisme», l'écrivain Pascal Bruckner s'est demandé pourquoi les pédophiles en seraient exclus. Un trait d'humour vilipendé en plateau et sur les réseaux sociaux.

«Je suis totalement contre [l'écriture inclusive], là je vous le dis, pour moi c'est un mélange de crétinisme et de totalitarisme [...] changer la langue, c'est toujours très dangereux», a prévenu un Pascal Bruckner très remonté sur le plateau de l'émission C politique sur France 5 le 22 octobre.

Prenant l'exemple du Canada pour appuyer son propos, l'écrivain a énuméré les catégories que concerne la-dite écriture inclusive : «LGGBDTTTIQQAAPP, c'est-à-dire lesbienne, gay, gender-queer, bisexuel, demi-sexuel, transgenre...»

Pour montrer l'inanité d'une telle règle selon lui, Pascal Bruckner s'est alors permis une touche d'ironie qui a été très mal perçue : «Et ils ont oublié les onanistes, les fétichistes et les pédophiles, on ne voit pas pourquoi ils seraient exclus.»

Malaise sur le plateau, le journaliste s'est empressé de le corriger : «Ça n'a rien à voir.» Sourire figé, la secrétaire d'Etat à l'Egalité hommes-femmes Marlène Schiappa, a de son côté immédiatement rappelé à l'essayiste qu'un élu du Front national avait été condamné en justice pour des propos similaires. La secrétaire d'Etat faisant ici référence à Louis Nogues, un conseiller municipal du Mans – exclu du FN – qui avait été condamné à 2 000 euros d'amende pour un amalgame entre homosexualité et zoophilie en septembre 2015.

Pascal Bruckner aura beau préciser – aussi vite que possible – qu'il s'est essayé à l'humour, le mal est fait. Les réactions outrées des internautes n'ont pas tardé pas à fleurir sur les réseaux sociaux, certains encourageant l'écrivain à «être moins con».

D'autres ont estimé que ses propos étaient «à gerber», ou se sont attaqués plus directement à l'essayiste, jugeant qu'il avait toujours été une «vieille bouse réactionnaire».

Enfin, quelques internautes ont fait part de leur souhait de voir un procureur de la République engager des poursuites à l'encontre de Pascal Bruckner pour son trait d'humour de mauvais goût.

Malgré tout, certains internautes ont été plus cléments envers l'écrivain, jugeant qu'il avait simplement fait une plaisanterie «pas drôle»...

... ou encore que ses propos avaient été mal interprétés.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.