Burkini bis ? Un maire fait polémique en prohibant le voile dans un espace de baignade public

Burkini bis ? Un maire fait polémique en prohibant le voile dans un espace de baignade public© Capture d'écran Twitter, @bleustetienne
Des comportements ou tenues interdites dans le plan d'eau de Lorette
Suivez RT France surTelegram

Gérard Tardy, maire de Lorette dans la Loire, a causé une polémique en interdisant l'accès au plan d'eau de sa commune aux femmes voilées ou portant le burkini. Un controverse survenant un an après le feuilleton estival des interdictions du burkini.

Le règlement intérieur du nouveau bassin de baignade naturelle des Blondières, dans la commune de Lorette (Loire) fait l'objet d'un début de polémique, depuis qu'un article de France Bleu a rendu l'affaire publique, le 28 juin. Entre autres comportements ou tenue vestimentaires prohibés, le voile islamique et le burkini sont interdits. 

L'article 4 du règlement intérieur du bassin, qui a été inauguré 23 juin, stipule en effet que «les usagers doivent avoir une tenue décente et une attitude correcte». «Sur la plage sont interdits, monokini, burkini, voile dissimulant partiellement ou totalement le visage», précise le texte consultable sur le site internet du plan d'eau.

Interrogé par France Bleu, Aldo Oumouden, porte-parole de la mosquée Mohammed VI de Saint-Etienne (à proximité de Lorette), a dénoncé une réglementation «inutile mais également dévastatrice pour le vivre-ensemble». «[Le maire] doit se réveiller : la France est multiculturelle. Vouloir interdire le voile sur ce plan d'eau est une atteinte à la liberté individuelle des musulmans», a-t-il ajouté.

Le sujet a agité les réseaux sociaux, où certains ont même fait un parallèle avec la période de l'occupation allemande en France, où certains lieux étaient interdits «aux chiens et aux juifs».

Gérard Tardy, le maire de la commune, avait déjà été au centre d'une polémique après avoir affiché sur les panneaux de sa ville des messages controversés lors du ramadan 2016.

Le burkini, vêtement de plage féminin islamique, a été au centre d'une polémique l'été dernier et interdit par plusieurs municipalités sur leurs plages. Cependant, ces arrêtés municipaux ont été cassés par une décision du Conseil d'Etat le 26 août 2016.

Lire aussi : «L’islam est une religion française» défend Marwan Muhammad, directeur du CCIF

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix