Des nationalistes corses menacent Macron de «réagir» si l'Etat réprime les indépendantistes

- Avec AFP

Des nationalistes corses menacent Macron de «réagir» si l'Etat réprime les indépendantistes © Stéphane Agostini Source: AFP
Des nationalistes corses du FLNC (archive)
Suivez RT France surTelegram

Trois «nationalistes clandestins» ont revendiqué lors d'une conférence de presse «clandestine» des violences urbaines commises depuis un an dans toute la Corse. Par ailleurs, ils ont mis en garde le nouveau président de la République.

Trois nationalistes corses, disant appartenir à «un ensemble de militants nationalistes clandestins, affilié à aucun mouvement politique» ont revendiqué, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue le 22 juin, une dizaine d'attentats à l'explosif contre des banques, perpétrés depuis la fin 2016. Ces trois insulaires ont pris le maquis, y ont installé un drapeau corse et se sont expliqués sur ces actions, afin de ne plus seulement passer «pour des casseurs». Car ils assurent délivrer un «message politique», a relevé Corse-Matin

«Alors que le climat est apaisé depuis le dépôt des armes du Front de libération nationale corse (FLNC) en juin 2014 et que les nationalistes sont désormais au pouvoir, les rafles et les placements en détention de nombreux jeunes, sans dates de procès, ont alimenté le sentiment d'une injustice extrême subie par le peuple Corse», ont-ils déclaré.

Selon eux, le point de départ de ces violences est l'affaire «Reims-Bastia». «Le climat de paix n'est pas respecté» ont-ils affirmé, ajoutant que l'Etat était «dans une posture de blocage systématique».

Ils ont aussi adressé un message au nouveau chef de l'Etat, Emmanuel Macron : «Si le président de la République française utilise les mêmes moyens répressifs que François Hollande, s'il entre lui aussi dans une logique de promesses non tenues et ne donne aucun gage à l'Assemblée de corse, nous réagirons.»

En plus de défendre les revendications habituelles comme le statut de résident et la libération des prisonniers «politiques», ils réclament «la remise en liberté des jeunes incarcérés» pour les faits de violences urbaines.

Lire aussi : Bastia : quatre policiers blessés lors d'un rassemblement en soutien à trois nationalistes (VIDEO)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix