«On est obligés de supporter ça ?» : le drapeau européen à l'Assemblée irrite Jean-Luc Mélenchon

«On est obligés de supporter ça ?» : le drapeau européen à l'Assemblée irrite Jean-Luc Mélenchon Source: AFP
Jean-Luc Mélenchon et les députés de la France insoumise
Suivez RT France surTelegram

Entrant pour la première fois dans l'hémicycle en tant que nouveau député, Jean-Luc Mélenchon a jugé «inconstitutionnelle» la présence du drapeau européen... provoquant une légère gêne parmi ses camarades de la France insoumise.

S'il a déjà été sénateur et député européen, Jean-Luc Mélenchon faisait le 20 juin sa première rentrée à l'Assemblée nationale, après avoir été élu dans la 4e circonscription de Marseille le 18 juin dernier. Accompagné par les autres candidats victorieux de la France insoumise (FI), appelés à constituer le groupe parlementaire du même nom, Jean-Luc Mélenchon s'est étonné de voir le drapeau européen (drapeau du Conseil de l'Europe adopté ensuite par l'Union européenne) accroché aux côtés de celui de la France. 

Pénétrant pour la première fois dans l'hémicycle devant de nombreuses caméras, Jean-Luc Mélenchon s'est arrêté net à la vue du drapeau bleu aux étoiles jaunes. «Eh, franchement... on est obligés de supporter ça ?», a-t-il soupiré en pointant du doigt le symbole en question, tandis que les autres députés FI levaient les yeux vers celui-ci, affichant des sourires légèrement gênés.

«Attends, c'est la République française ici... C'est pas la Vierge Marie», a-t-il ajouté sur un ton passablement agacé en tournant le dos. Expliquant son agacement, il a assuré que la présence du drapeau européen n'était «pas constitutionnelle». En réalité, si le pavoisement n'est en rien obligatoire, il n'est pas non plus prohibé. «Ils l'avaient mis dans le projet de Constitution européenne», souligne à juste titre Jean-Luc Mélenchon. La mention au drapeau européen avait en effet disparu du texte modificatif de 2007.

«Ah oui, j'avais pas vu ce dont tu parlais», lâche alors Eric Cocquerel, élu député de Seine Saint-Denis, affichant ostensiblement une certaine distance vis-à-vis de Jean-Luc Mélenchon. «Ca c'est parce que comme j'ai pas été au Parlement européen...», ajoute-t-il alors goguenard, rappelant au leader de la France insoumise qu'il était eurodéputé depuis 2009.

C'est le deuxième coup d'éclat de Jean-Luc Mélenchon, à peine arrivé à l'Assemblée nationale. La veille, interrogé sur les nouveaux députés de La République en marche, Jean-Luc Mélenchon avait taclé Cédric Villani, qualifié de «matheux» pour l'occasion. «Je vais lui expliquer le contrat de travail», avait-il assuré.

Lire aussi : Les Républicains «Macron-compatibles» vont faire sécession et créer leur groupe à part à l'Assemblée

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»