Bien qu'ayant lâché François Fillon en mars, plusieurs permanents LR auraient été payés jusqu'en mai

Bien qu'ayant lâché François Fillon en mars, plusieurs permanents LR auraient été payés jusqu'en mai
François Fillon arrive à son QG de campagne le 24 avril 2017, photo ©Martin BUREAU / AFP

Après leur démission en pleine «Affaire fillon», plusieurs cadre de l'équipe de campagne des Républicains ont continué à être rémunérés jusqu'en mai. Leurs CDD n'auraient pas été rompus malgré un abandon de poste caractérisé.

Ce ne sont pas des emplois fictifs, mais la Direction des ressources humaines des Républicains semble avoir fait preuve de mansuétude dans l'application du droit du travail. Selon une information exclusive de l'hebdomadaire Marianne, une dizaine de permanents de l'équipe de campagne de François Fillon auraient continué à être payés après avoir démissionné début mars. «C'est un véritable scandale», s'indigne un cadre dirigeant, cité par l'hebdomadaire sous couvert d'anonymat : «Ils sont partis en demandant à ce qu'on continue à les payer.»

Ces salariés en contrat à durée déterminée (CDD) étaient affiliés aux courants du parti incarnés par Alain Juppé et Bruno Le Maire. Ceux-là mêmes qui, après la victoire d'Emmanuel Macron, sont les plus disposés à soutenir, voire rejoindre, une majorité présidentielle.

Un autre membre de la campagne confie aux journalistes de Marianne que «certains se sont retrouvés dans une situation de merde, parce qu'ils n'avaient pas droit au chômage». Les salariés embauchés en CDD n'ayant pas le droit de démissionner, «ils ont donc discuté avec le parti pour pouvoir s'en sortir», a détaillé cette même personne.

Le 1er mars, empêtré dans l'affaire d'emplois fictifs présumés concernant son épouse et ses enfants, François Fillon annonce en conférence de presse depuis son QG parisien sa mise en examen prochaine. Un coup de tonnerre qui provoque dans les jours suivant une véritable hémorragie parmi les soutiens du candidat Fillon.

Lire aussi : François Fillon porte plainte contre Le Canard enchaîné pour propagation de «fausses informations»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales