Emmanuel Macron hué et sifflé par les ouvriers de l'usine Whirlpool d'Amiens (VIDEOS)

Emmanuel Macron hué et sifflé par les ouvriers de l'usine Whirlpool d'Amiens (VIDEOS)
Photo ©Eric FEFERBERG / POOL / AFP
Suivez RT France surTelegram

Devancé par sa rivale Marine Le Pen, le candidat d’En Marche! est allé à son tour à la rencontre des grévistes de l'usine Whirlpool, menacée de fermeture. Submergé par les caméras, Emmanuel Macron y a reçu un accueil pour le moins houleux.

Après la visite surprise de Marine Le Pen, ce 26 avril 2017, Emmanuel Macron s'est à son tour rendu sur le site de l'usine Whirlpool d'Amiens, dernier site français du fabricant d'électroménager menacé de délocalisation en Pologne. Le candidat d'En Marche! a dû s'emparer d'un porte-voix afin de se faire entendre et de couvrir les sifflets.

Une soixantaine de salariés de l'usine Whirlpool d'Amiens (Somme), bloquaient depuis le début de la semaine l'entrée réservée aux poids lourds du site, promis à la fermeture, en organisant un piquet de grève. La production était également bloquée.

«Ça va faire comme avec Giscard !»

Le candidat d'En Marche!, qui a rencontré l'intersyndicale du site dans la matinée, à la chambre de commerce, est allé à la rencontre de salariés mais a reçu un accueil tumultueux, submergé de surcroît par une forêt de caméras.

Emmanuel Macron est néanmoins parvenu à établir un début de dialogue – houleux – avec quelques salariés très remontés. «Monsieur Macron on va vous payer votre retraite à 44 ans c'est honteux !», a ainsi lancé un salarié gréviste. Un autre déplore : «Ça va faire comme [avec] Giscard : on va payer votre retraite pendant 50 ans et nous on sera déjà morts.»

«La droite et la gauche, on vous prend tout le temps la main dans le pot de confiture», éclate pour sa part une autre salariée. Ce à quoi Emmanuel Macron a rétorqué : «Je suis d'accord avec vous Madame mais je ne suis ni la droite ni la gauche». Avant de couper : «Les leçons de morale je veux bien les prendre mais pas ici et pas maintenant.»

Comment maintenir de l'emploi «alors qu'en Pologne ils sont payés 2,75 euros de l'heure ?», lui a encore lancé l'un employé. «Pourquoi tout le Nord vote Front national ?», s'est agacée une autre.

«Oui, il y a quelque chose qui ne va pas», a concédé l'ancien ministre de l'Economie. Et d'admettre : «Je ne suis pas en train de vous dire que je suis en train de sauver vos emplois. Parce que personne ne peut le faire dignement.» Avant de partir, Emmanuel Macron a promis qu'il reviendrait afin de «rendre des comptes».

L'équipe de campagne d'En Mache boycotte toujours RT

Présente sur les lieux, Laurence Haïm, ex-journaliste d'ITélé/Cnews, porte-parole d'En Marche, n'a pas souhaité répondre à RT France. A la question du journaliste «Madame Haïm, en parlant de démocratie, est-ce que vous allez enfin accepter RT ?», la porte-parole a préféré garder le silence et tourner le dos.

Le 23 avril 2017, malgré de nombreuses relances, les équipes de RT International et RT France étaient refoulées à l'entrée du meeting d'Emmanuel Macron, porte de Versailles, sans plus d'explication.

Lire aussi : Visite surprise de Marine Le Pen, venue défier Emmanuel Macron à l'usine Whirlpool d'Amiens (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix