Un ordinateur et des munitions d’arme volés dans la voiture transportant François Fillon

Un ordinateur et des munitions d’arme volés dans la voiture transportant François Fillon© Lionel Bonaventure Source: AFP
Le candidat François Fillon victime d'un vol à la roulotte à Lille (Photographie d'illustration)

A Lille, un ou plusieurs individus ont volé divers équipements dans un véhicule de location, qui avait transporté le candidat des Républicains à l’un de ses meetings, dans la dernière ligne droite de la campagne présidentielle.

Une voiture de location ayant conduit François Fillon à Lille, où il tenait un meeting le 18 avril, a été la cible d’un vol, révèle Le Parisien, le soir du 19 avril.

Un ordinateur portable, des munitions d’arme, deux brassards de police ainsi qu’une clé USB ont été dérobés alors que les deux personnes chargées d’assurer la sécurité du candidat s’étaient éloignées du véhicule pour passer commande dans un restaurant. Le candidat à la présidentielle ne se trouvait pas non plus à proximité de la voiture, au moment des faits – mais était au meeting.

Si une source policière a confié au Parisien que des données «considérées comme sensibles» avaient été saisies, l’entourage de François Fillon, a précisé que l’ordinateur volé avait été «neutralisé à distance» et que la clé USB «ne contenait que des photos personnelles». Une plainte a été déposée.

Cet incident est survenu le jour-même où deux individus suspectés d'avoir planifié un attentat contre des meetings de campagne de certains candidats à la présidentielle ont été arrêtés, à Marseille. Selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP, un photo-montage a été retrouvé dans l'appartement des deux suspects, montrant l'un des deux hommes avec Le Monde du 16 mars, où figurait François Fillon à la une, ainsi qu'un pistolet-mitrailleur Uzi et une inscription en arabe signifiant «loi du talion».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales