L’auteur de l’attentat en Isère aurait pris un selfie avec la tête de sa victime

Périmètre sécurisé par la police à proximité de l'usine Source: Reuters
Périmètre sécurisé par la police à proximité de l'usine

Selon une source proche du dossier, reprise par l’AFP, Yassin Salhi, suspect principal dans l'attentat de Saint-Quentin Fallavier en Isère, a pris une photo avec la tête de sa victime et l'a envoyée via Whatsapp, un système de messagerie instantanée.

Le principal suspect de l'attentat du vendredi 26 juin en Isère aurait donc envoyé une photo de lui avec la tête de la victime, avant de l'envoyer à un de ses contacts, selon des sources proches de l'enquête. Le destinataire pourrait aussi bien se trouver en France qu'à l'étranger, son identité reste encore inconnue à l'heure actuelle.

En savoir plus :Attentat en Isère, l'auteur présumés et trois autres personnes en garde à vue

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'auteur présumé de l'attaque s'est présenté seul devant l'usine dans un véhicule utilitaire. Il a pu pénétrer sur le site car il était connu du personnel. Il aurait ensuite projeté son véhicule contre des bonbonnes de gaz, provoquant une explosion. Alors qu'il tente de déclencher une autre explosion, deux pompiers sont intervenus, et on finalement réussi à le maitriser.

Les gendarmes ont ensuite découvert dans l'usine le corps «abjectement décapité», selon le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, de la victime, et de sa tête accrochée au grillage entourant l'usine, entourée de deux drapeaux islamistes.

C'est la première fois qu'un homme est décapité en France lors d'un attentat, alors même que cette pratique est fréquente dans les zones de Syrie et d'Irak sous le contrôle du groupe Etat islamique. 

Aller plus loin : Entre modération, hystérie et appel à l'unité : les premières réactions politiques à l'attentat

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales