Hamon «regrette profondément» que Mélenchon refuse de le rallier

- Avec AFP

Hamon «regrette profondément» que Mélenchon refuse de le rallier© Pascal Rossignol
Benoît Hamon

Le candidat de la France insoumise a rejeté l'appel de Benoît Hamon à se rallier à lui, portant ainsi un nouveau coup à l'unité de la gauche, déjà très fragilisée. Un refus qui a fait réagir le candidat du Parti socialiste.

S'exprimant depuis Lille le 29 mars, Benoît Hamon a dit «regrett[er] profondément» le refus de Jean-Luc Mélenchon de se «rassembler derrière [sa] candidature» à l'élection présidentielle.

«Puisque cela n'est de nouveau pas possible, puisqu'il préfère continuer, qu'il continue, je le regrette profondément», a déclaré le candidat socialiste à l'attention du dirigeant de La France insoumise, tout en répétant : «Sans rassemblement, la qualification au second tour sera difficile.»

«Je regrette ce que Jean-Luc a répondu ce soir», a ajouté Benoît Hamon, qui avait un peu plus tôt appelé «les sociaux-démocrates intimement attachés au progrès social et à la démocratie, mais aussi le Parti communiste, les communistes et Pierre Laurent, les Insoumis et Jean-Luc Mélenchon, à réunir leurs forces aux [siennes]».

Mélenchon refuse sèchement toute alliance avec Hamon

Le candidat de la France insoumise, en meeting au Havre dans la soirée du 29 mars devant plus de 5 000 personnes selon son équipe, a assuré vouloir poursuivre son «chemin, sans ne rien céder». Une fin de non recevoir à l'appel à l'unité de son concurrent socialiste, en meeting au même moment à Lille.

Lire aussi : Mélenchon menace de faire faux bond au débat de France 2, refusant de servir de «chair à buzz»

«Jean-Luc Mélenchon a dit qu'il ne voulait pas négocier. Tout le monde lui reconnaît de grandes qualités mais je regrette qu'une fois de plus un certain caractère l'empêche d'être plus utile à la gauche qu'il ne l'est en réalité», a encore déploré Benoît Hamon, en estimant que «la question [était] d'être utile au peuple français, à la gauche toute entière».

«Il n'y a, au fond, plus de prétexte ou de mauvaise excuse à ne pas se rassembler derrière ma candidature. Chacun mesure qu'elle est plus centrale [que celle de Jean-Luc Mélenchon]», a plaidé Benoît Hamon, en appelant aux électeurs.

Lire aussi : Hamon dresse un parallèle entre les soutiens PS de Macron et... un âne

«Je le redis aux électeurs et aux citoyens, puisque les appareils ne le veulent pas, pour battre Le Pen, réunissons toutes nos forces derrière ma candidature», a-t-il exhorté, faisant «le serment» qu'en dépit des calculs, des aventures individuelles, la gauche se relèverait et que la victoire serait au rendez-vous.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales