Le Mossad aurait profité d'une mission en France pour recruter des agents doubles

Le Mossad aurait profité d'une mission en France pour recruter des agents doubles© Pascal Rossignol Source: Reuters
Photo d'illustration

Plusieurs agents de la DCRI ont été mutés après avoir été suspectés de fournir des renseignements au Mossad dans le cadre d'une mission conjointe à Paris. Deux membres de l'ambassade d'Israël ont ensuite dû quitter la France.

Un article du Monde revenant sur une opération franco-israélienne de 2011 visant à recueillir des informations sur le programme d'armes chimiques syrien a révélé que le Mossad aurait réussi à recruter des agents doubles au sein des services de renseignement français.

L'opération, qui se déroulait à Paris, a été l'occasion pour les agents du Mossad de tisser des liens avec leurs homologues français. Mais ces liens pourraient avoir été au-delà des relations professionnelles entre services. 

«L'un des agents français a ainsi été vu fêtant le shabbat avec le chef de poste du Mossad à Paris, il est également parti faire du tir à Dubaï puis a rejoint, en famille, ses camarades du Mossad à Jérusalem. Une proximité revenant, selon la DCRI, à franchir la ligne jaune», rapporte le quotidien du soir.

Le versement de «sommes d'argent en espèces» et «l’existence de cadeaux contraire aux règles internes» ont mis la puce à l'oreille de la DCRI qui a suspecté certains de ses agents travaillant conjointement avec le Mossad d'être des agents doubles au service de l'Etat juif. Résultat, plusieurs agents français ont eu leur habilitation secret défense retirée et ont été «mutés dans des services subalternes».

La France, qui s'est plainte auprès de Tel-Aviv, aurait obtenu le départ de deux membres de l'ambassade d'Israël impliqués dans le scandale présumé.

Bernard Squarcini, ex-patron de la DCRI de 2008 à 2012, avait-lui même dénoncé en 2016 des tentatives d'espionnage des services secrets israéliens. Néanmoins, celui-ci aurait été contacté par les deux ex-agents du Mossad en août 2016, et est pour cette raison suspecté par la justice française d'être impliqué dans le scandale. 

Deux commissions rogatoires, initiées par les juges d'instruction, sont actuellement en cours pour tenter d'éclaircir ces affaires. 

Lire aussi : Des documents sur l'armement nucléaire israélien ont disparus des archives britanniques

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»