DSK fait son nid sur Twitter

Capture d'écran du compte Twitter de DSK
Capture d'écran du compte Twitter de DSK

«Salut Twitter! Jack est de retour». Le tweet est laconique et pour le moins mystérieux. Le moins que l'on puisse dire est que Dominique Strauss Kahn a fait une entrée fracassante dans la cage de l'oiseau bleu: 30 000 abonnés en moins de 24 heures.

En arrière plan, le compte présente une vue d'Agadir, la ville marocaine où il a grandi. Sur une photo en noir et blanc, DSK apparait avec une légère barbe de trois jours, vêtu de façon très simple, dans une esthétique entre vieux briscard à la Hemingway et petite ressemblance avec le très «scottish» Sean Connery. 

On est là décidément très loin des clichés du haut fonctionnaire international rompu aux subtilités de la finance mondiale. On est surtout loin «du» cliché, terrible pour lui, d'un DSK mal rasé, les habits frippés et les menottes au poignets après son arrestation pour viol au Sofitel de New-York en mai 2011.

Selon Christian Delporte, spécialiste de l'histoire des médias et de la communication politique, le choix de Twitter n'est pas anodin: «Avec ce réseau social, on s'abrite. Il aurait pu revenir avec la télévision ou dans les journaux. Mais Twitter permet de faire le buzz sans trop s'exposer» explique-t-il à RT France

La présentation décrit de façon fragmentée le parcours professionnelle de DSK. Dans un anglais parfait, il s'y présente comme «successivement Ministre français des Finances, directeur du FMI et conseiller en stratégie globale».

Certains en France pourraient toutefois s'étonner qu'il n'inscrive pas, dans ce descriptif, ses expériences de maire de la ville de Sarcelles, de député socialiste ou encore de professeur d'économie dans la très «rouge» faculté de Nanterre.

Côté abonnements, DSK ne suit que cinq comptes, également tournés vers le monde anglo-saxon: outre sa compagne Myriam Laouffir, on trouve les deux prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz, Paul Krugman et les magazines The Economist et le Financial Times.

 «DSK a une culture entièrement tournée vers le monde anglo-saxon. Avec ces abonnements, il veut apparaître comme un grand expert financier du monde anglo-saxon et tourner la page de son parcours français. Toute la communication de DSK semble empreinter au final le même chemin que celle de Barack Obama et de son compte twitter «POTUS» (NDLR: President of The United States). J'observe entre les deux comptes de nombreuses similitudes» note Christian Delporte.

Sur la piste de l'énigmatique «Jack»

Ce qui a réellement intrigué la twittosphère est la référence à ce si mystérieux «Jack». Les «DSKologues» et autres observateurs pointus de la vie française ont aussitôt échaffaudé diverses hypothèses. Pour certain il s'agit là d'un clin d'oeil appuyé à la série américaine 24h chrono et à son héros, l'infatiguable Jack Bauer. Le héros du film Titanic, Jack Dawson, a été aussi évoqué. C'est d'ailleurs l'hypothèse retenue par Christian Delporte qui y voit une allusion humoristique au fameux bateau insubmersible...qui avait fini par sombrer.

D'autres encore, peut être plus cinéphiles, voient dans ce Jack une référence à l'horrifique film de Stanley Kubrick, Shining et à la fameuse scène où Jack Nicholson prononce la phrase culte: «here's Johnny»

Enfin, les plus polyglottes font observer qu'en argot américain Jack signifie le piston, le pied à coulisse. 

La vraie question, celle du retour en politique

Au-delà du tam-tam de twitter, tout le landerneau politique est agité par la question du retour en politique de l'ex homme providentiel de la gauche, retour qui aurait donc pour prémices cette inscription sur twitter.

Autre interrogation, DSK jouera-t-il de twitter pour régler ses comptes et distiller en 140 signes son envie de revanche, lui qui a dû se taire pendant quatre ans? Après ses déboires judiciaires et les scandales scabreux qui ont terni son ascension, DSK s'était retrouvé bien isolé. Même ses plus proches amis au sein du Parti socialiste, après l'avoir défendu un temps, l'avaient par la suite cloué au pilori. 

Pourtant Christian Delporte, qui s'était intéressé également à l'art de revenir à la politique (Come back ou l'art de revenir en politique, Editions Flammarion) estime son retour peu probable: «Il ne faut surestimer l'importance de ce compte. C'est un coup médiatique. Je ne crois pas qu'il souhaite revenir dans la politique française. Il s'amuse mais veut surtout se redonner l'image d'un conseiller en finance internationale. C'est au fond ce qui l'intéresse le plus».

Il se murmure que DSK prépare un livre sur lequel rien n'a encore filtré. Ses tweets ne seront peut-être au final qu'une mise en appétit pour l'ouvrage à venir.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales