Le cadre du PS qui battait sa femme déplore l'islamophobie dont il est victime

Parti Socialiste © Regis Duvignau Source: Reuters
Parti Socialiste

Fraichement promu au sein de la direction du «secrétariat national» du PS, il n'a pas supporté les invectives des internautes sur Twitter à propos de sa condamnation pour violences conjugales. Meurtri, il démissionne et en appelle à l'islamophobie.

Le secrétaire national adjoint du PS en charge de «l’intégration républicaine», Yacine Chaouat, fraichement nominé par Jean Christophe Cambadélis, en même temps que 80 autres cadres du PS, au sein de la direction du «secrétariat national» du parti a démissionné le lendemain de sa nomination.  

L'homme n'est pas parvenu à digérer les invectives des internautes sur twitter qui n'ont pas manqué de lui signaler que ses actes n'étaient pas spécialement en accord avec les idées républicaines et profondémment humanistes qu'il souhaitait véhiculer notamment au sein de la jeunesse des quartiers populaires, puisqu'il avait été condamné en 2012 à six mois de prison avec sursis pour violences conjugales.

Devenu la risée des internautes, l'intéressé, qui avait préféré évoquer «une gifle donnée sous le coup de la passion» en appelle aujourd'hui à l'islamophobie dont il serait victime constatant «avec tristesse» que «dans la France d’aujourd’hui, on n’a pas droit à une deuxième chance quand on est musulman».

Yacine Chaouat avait été condamné en 2012 à 6 mois de prison avec sursis pour avoir voulu «enseigner les valeurs de la républiques» à sa femme tunisienne.

Il venait récemment d'être intégré au nouveau secrétariat national du PS par Jean Christophe Cambadélis au même titre que 80 autres cadres du parti. Le but étant de faire retrouver au parti à la rose une popularité au plus bas dans les sondages et en vue de faire gagner le candidat socialiste à la présidentielle de 2017. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales