François Asselineau accuse les Etats-Unis d’avoir financé Daesh

- Avec AFP

François Asselineau accuse les Etats-Unis d’avoir financé Daesh © Charles Platiau Source: Reuters
François Asselineau

François Asselineau, invité du JT de TF1, a fustigé Washington, nié propager des thèses complotistes et a défendu ses propositions de sortie de l'UE et de renationalisation d'entreprises au nom de «l'indépendance nationale».

«Ce que j'ai dit, c'est que derrière Daesh se trouvaient des intérêts [...]. J'ai déjà eu l'occasion de dire que derrière Daesh, il y a l'Arabie saoudite, qui fournit des armes et des financements, et que, encore derrière, il y a les États-Unis», a déclaré François Asselineau en direct durant le JT de TF1 le 13 mars.

Pour justifier ses accusations contre les Etats-Unis, le candidat UPR à la présidentielle s’est référé aux déclarations de Donald Trump : «Maintenant, c'est le président des États-Unis en personne, Donald Trump, qui le dit. Et d'ailleurs, depuis qu'il est à la Maison Blanche, on en entend beaucoup moins parler.» Si Donald Trump n’a jamais accusé directement les Etats-Unis d’avoir financé Daesh, il a bien qualifié Barack Obama et Hillary Clinton de «fondateurs» de l’Etat islamique.

Asselineau récuse tout complotisme

François Asselineau a également saisi l’opportunité du JT de TF1 pour justifier son programme de sortie de l'UE, de l'euro et du commandement intégré de l’OTAN. Pour lui, ces mesures sont nécessaires, «pas par nostalgie, xénophobie» mais parce qu'à ses yeux, «l'indépendance nationale, c'est la même chose que la démocratie».

Interrogé sur les éventuelles difficultés que poserait une sortie de la monnaie unique, ce partisan du «Frexit» a rétorqué : «Est-ce que vous vous rendez compte de ce qui se passe si on reste ? 1 000 personnes basculent en dessous du seuil de pauvreté chaque jour et pratiquement un agriculteur se suicide chaque jour [...] L'euro est en train d'amener au désastre en Italie ou en Grèce.»

Dénonçant aussi un document de la commission européenne sur la politique économique et sociale française en 2017, François Asselineau a affirmé que, lui excepté, «le président que les Français vont élire ser[ait] obligé d'appliquer ces directives» impliquant «uberisation généralisée» ou «baisse des prestations chômage, suppression du Smic».

Ce diplômé de HEC a plaidé pour «inscrire dans la Constitution que les grands services publics, EDF, GDF, la SNCF, la Poste, France Télécom, la Sécurité sociale ou les sociétés d'autoroutes [doivent être des entreprises publiques]».

Lire aussi : François Asselineau obtient ses 500 signatures et se présente officiellement à la présidentielle

A une question sur les thèses souvent qualifiées de «complotistes» qu'il relaye, comme sur Robert Schuman, co-fondateur de l'UE, qu’il considère comme ayant été un agent de la CIA, François Asselineau a invoqué le «magazine Historia, qui met en avant, par exemple, que la CIA a payé pour la construction européenne».

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales