Accusée de «tourner en dérision les politiques», une campagne de pub de l'Eglise censurée

Accusée de «tourner en dérision les politiques», une campagne de pub de l'Eglise censurée
De nature à «tourner en dérision les politiques», la campagne d'appel au don de l'Eglise a été censurée

Le diocèse de Gap et d'Embrun, dans les Hautes-Alpes, avait lancé une campagne d'appel au don. Celle-ci a été jugée trop impertinente en période électorale et a donc été censurée par l'autorité de régulation professionnelle de la publicité.

«Votez Jésus-Christ, le seul qui n’a jamais changé de programme.» C'est cette phrase humoristique, assortie d'un visuel représentant le célèbre personnage de Don Camillo, interprété au cinéma par Fernandel, qui n'a pas plu à l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP). Cette dernière a décidé de ne pas l'autoriser. Monseigneur Jean-Michel di Falco, évêque de Gap, a annoncé la décision sur Twitter le 10 mars dernier.

L'affiche, qui fait la promotion du denier de l'Eglise dans les Hautes-Alpes, a été jugée trop subversive. De nature à «tourner en dérision les politiques», elle n'a donc pas été autorisée d'affichage public par l'ARPP, un organisme interprofessionnel regroupant annonceurs, agences de communication, médias et syndicats.

L'ARPP se défend de toute velléité d'interdiction. «Interdire ? Ce n'est pas notre rôle et nous n'en avons pas les compétences juridiques !», a déclaré à l'AFP Stéphane Martin, son directeur général, expliquant avoir voulu agir avec précaution en cette période électorale. La décision aura néanmoins pour effet de restreindre l'affichage de cette publicité aux seules églises. «On verra si on a des problèmes et on fera face !» a pour sa part assuré Monseigneur di Falco à l'AFP.

Lire aussi : Retrait des affiches de Saint Laurent jugées «dégradantes» pour les femmes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.