Le Parlement européen se constitue partie civile dans l’affaire Front national

Le Parlement européen se constitue partie civile dans l’affaire Front national Source: Reuters
Marine Le Pen, à l'instar de François Fillon, voit sa campagne mise en difficultés par les affaires

L’avocat du Parlement européen a annoncé à BFMTV le 9 mars que l’institution se constituait partie civile dans l’affaire des assistants parlementaires du Front national. Le Parlement ne pouvait rester «absent» de cette procédure.

Encore une mauvaise nouvelle pour Marine Le Pen. Si le psychodrame de l’affaire Fillon a tendance à légèrement faire oublier les ennuis de judiciaires de la patronne du Front national (FN), ils sont bien réels. Embourbée dans un scandale impliquant des assistants parlementaires du FN à Strasbourg, le Parlement européen vient de lui faire savoir qu'il allait se constituer partie civile dans cette affaire.

C’est l'avocat de l'institution qui l’a annoncé le 9 mars à BFMTV. «Le Parlement européen s’est constitué partie civile car il ne peut pas rester inactif et absent de cette information judiciaire pour une simple raison, c’est qu’il s’agit de l’argent du contribuable européen et d’ailleurs du contribuable français», a expliqué Me Patrick Maisonneuve. «Cet argent appartient aux contribuables européens, donc aussi aux contribuables français. Pour nous, le but est de le récupérer», a-t-il ajouté.

Marine Le Pen refuse de se rendre aux convocations de la police et de la justice

Le 15 décembre, une information judiciaire avait été ouverte concernant des soupçons d'«abus de confiance», «recel d'abus de confiance», «escroquerie en bande organisée«, «travail dissimulé», «faux» et «usage de faux». Les emplois de deux proches de la présidente du FN sont dans le viseur de la justice.

Les juges d’instructions du pôle financier du parquet de Paris enquêtent sur des soupçons d’emploi fictif dont aurait bénéficié Thierry Légier, le garde du corps de Marine Le Pen, ainsi que Catherine Griset, une proche de la favorite des sondages pour le premier tour de la présidentielle française. Le préjudice global pour le Parlement européen, qui a financé l'emploi de ces assistants parlementaires, se chiffre à 340 000 euros.

Marine Le Pen a déjà fait part de sa volonté de ne pas se rendre à une quelconque convocation de la police ou de la justice avant le terme de l’élection présidentielle.

Le 22 février dernier, les policiers de la Direction centrale de la police judiciaire de Nanterre avaient entendu Thierry Légier et Catherine Griset. Si le premier a été relâché, la seconde a été mise en examen pour «recel d'abus de confiance».

Par ailleurs, le 9 mars, on apprenait que le cas d'un ex-conseiller de Marine Le Pen, Gaël Nofri, aujourd'hui en rupture avec le FN, avait été ajouté à l'enquête sur les soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires d'eurodéputés frontistes.

Depuis le début de l’affaire, Marine Le Pen et ses proches dénoncent une «cabale politique» visant à endiguer le succès de la présidente du Front national auprès des électeurs. «La politisation de la justice est une réalité. Le syndicat de la magistrature est d'extrême-gauche», déclarait ainsi Nicolas Bay, secrétaire général du FN le 9 mars sur BFMTV.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales