François Hollande, l'improbable candidature ? Le président sortant aurait préparé ses parrainages

François Hollande, l'improbable candidature ? Le président sortant aurait préparé ses parrainages© Etienne LAURENT Source: AFP
Le président a mis de côtés 500 parrainages, au cas où.

A une semaine de la date butoir pour entrer dans la course à l'Elysée, le président n'aurait pas encore fait une croix définitive sur une éventuelle candidature. Il aurait 500 parrainages en réserve «en cas de malheur», affirme l'un de ses proches.

François Hollande, élu après un improbable concours de circonstances en 2012, pense t-il pouvoir rééditer la même performance en avril prochain ? Selon des informations du journal Le Parisien, l'entourage du président aurait mis 500 parrainages de côté pour être prêt si le sort en décidait ainsi.

Un de ses proches confie en effet que les parrainages «sont déjà gelés, en cas de malheur». «C'est un homme qui ne ferme jamais aucune fenêtre ; depuis qu'il a renoncé, les conditions ont changé», avance t-il encore.

La droite, qui «avait un boulevard» devant elle, dixit Alain Juppé, voit désormais sa route semée d'embûches avec un candidat embourbé dans les affaires. De son côté, Benoît Hamon a toutes les peines du monde à rassembler son camp. Reste Emmanuel Macron, dont François Hollande attendrait de voir si la percée fulgurante dans les sondages finit par s'essouffler. WikiLeaks pourrait bien être l'artisan de la chute du candidat d'En marche !, son fondateur Julian Assange ayant sous-entendu début février qu'il disposait d'informations compromettantes sur l'ancien employé de la banque Rothschild.

Un énième rebondissement spectaculaire de campagne ne dérogerait pas à la droite ligne du destin politique de l'actuel locataire de l'Elysée, qui ne doit son élection de 2012 qu'à la spectaculaire chute de Dominique Strauss-Kahn, couplée à l'impopularité du président sortant, Nicolas Sarkozy.

En tout état de cause, François Hollande s'est déjà donné comme mission de ne pas laisser le Front national (FN) et sa candidate Marine Le Pen conquérir l'Elysée et n'est pas loin de se voir en dernier rempart. «Mon ultime devoir, c’est de tout faire pour que la France ne puisse pas être convaincue par un tel projet, ni porter une si lourde responsabilité», a t-il expliqué le 6 mars dans un entretien au journal Le Monde.

A moins de deux mois de l'élection présidentielle et à une semaine de la date butoir pour la validation des parrainages, le chef de l'Etat n'a toujours pas annoncé à quel candidat il allait apporter son soutien. Le Parisien rapporte qu'il a demandé à ses fidèles de «rester groupés» et de ne rallier ni Emmanuel Macron, ni Benoît Hamon avant la semaine du 20 mars.

Lire aussi : Hollande s'inquiète du succès du FN et accuse la Russie d'«influencer les opinions publiques»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»