«Bonne note» pour des engagements anti-FN : les ténors frontistes accusent France Info de parti pris

«Bonne note» pour des engagements anti-FN : les ténors frontistes accusent France Info de parti pris© LIONEL BONAVENTURE Source: AFP
(Photographie d'illustration)

Florian Philippot et Marion Maréchal-Le Pen sont montés au créneau après que France Info s'est félicité de la tenue de déclarations anti-Front national par le président de la République et son Premier ministre.

Lors de son Débrief politique, le 6 mars, Louise Boder, de la radio publique France Info, a attribué un «prix du travail en commun» à François Hollande et Bernard Cazeneuve, pour leur «travail de sape contre le Front national» (FN). La retranscription écrite de l’émission en question, consultable sur le site de France Info, va légèrement plus loin. On peut y lire que la radio «a choisi de donner une bonne note au binôme Hollande-Cazeneuve» pour leur engagement contre la formation frontiste.

Dans le journée du 6 mars, le président de la République avait confié à six quotidiens européens qu'il ferait tout «pour que la France ne puisse pas être convaincue» par le projet de Marine Le Pen, tandis que le Premier ministre avait conspué les «mensonges dissimulés» derrière les «messages simplistes» du FN. Fin février, déjà, le chef de l'exécutif français avait déclaré au Parisien que «le rassemblement pour faire barrage au FN» était sa priorité.

«Une telle servilité est innommable»

Ce «prix anti-FN» décerné par France Info n'a pas manqué d'indigner un certain nombre de responsables de la formation politique. Sur Twitter, le vice-président du FN, Florian Philippot, a interpellé Mathieu Gallet, PDG de Radio France. Il lui a demandé s'il trouvait normal qu'un organe de service public se félicite de l'engagement gouvernemental contre le parti de Marine Le Pen.

De même, le député du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a exigé des explications de France Info.

D'autres personnalités du FN, moins connues du grand public, ont exprimé leur consternation sur les réseaux sociaux. Joffrey Bollée, directeur de cabinet de Florian Phillipot, a par exemple dénoncé la «servilité innommable» de la radio publique.

Ni Mathieu Gallet ni France Info ne semblent avoir réagi, pour l'instant, aux accusations de parti pris politique formulées par les cadres du FN.

Lire aussi : Clash sur BFMTV : Florian Philippot dénonce la «petite crapulerie de l'AFP»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales