Un élu FN du Morbihan menacé avec une arme alors qu'il collait des affiches

- Avec AFP

Un élu FN du Morbihan menacé avec une arme alors qu'il collait des affiches© Richard BOUHET
Un élu frontiste du Morbihan a été agressé alors qu'il collait des affiches de Marine Le Pen

Un conseiller régional du Front national a été menacé à Vannes avec une arme de poing, qui s'est avérée être une réplique, alors qu'il collait des affiches. Deux personnes ont été interpellées. Les cadres du FN appellent à la sanction.

Il était 22h le 16 février quand Bertrand Iragne, conseiller municipal du Front national à Vannes, conseiller régional et secrétaire départemental du FN dans le Morbihan, collait des affiches dans une rue de Vannes pour le meeting de Marine Le Pen, prévu le 26 février à Nantes.

Une voiture s'arrête à sa hauteur avec deux hommes à son bord. «Le conducteur a braqué une arme sur moi en me disant qu'il allait me buter», a déclaré l'élu à l'AFP, avant d'ajouter qu'il avait porté plainte. Les policiers sont intervenus peu après, ainsi que la brigade anticriminalité (BAC).

«Deux personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Deux répliques d'armes, de type pistolet Airsoft, ont été retrouvées dans leur véhicule», a déclaré le procureur de la République de Vannes, François Touron. «Même s'il s'agit de répliques, on peut utiliser des objets comme arme par destination et la justice retient la qualification de violences avec armes», a précisé le procureur.

Les cadres du parti frontiste, Marion Maréchal-Le Pen et Florian Philippot en tête, ont apporté leur soutien à l'élu du Morbihan via des messages sur le réseau social Twitter.

Le vice-président du Front national a en outre appelé à une sanction exemplaire contre les deux individus qu'il qualifie d'«antifas» armés.

Lire aussi : Salle retirée pour un meeting de Marine Le Pen : le FN demande l'annulation en référé

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales