Theresa May à Washington : Emmanuel Macron regrette la «vassalisation» du Royaume-Uni

Theresa May à Washington : Emmanuel Macron regrette la «vassalisation» du Royaume-Uni
Photo ©Eric FEFERBERG / AFP

Le candidat d'En marche !, partisan de l'intégration européenne et de la mondialisation, a vivement critiqué le rapprochement initié par le Premier ministre britannique Theresa May avec Donald Trump. Pour Emmanuel Macron, c'est une forme de «repli».

Emmanuel Macron ne semble pas apprécier que Donald Trump ait invité Theresa May, Premier ministre britannique en charge de réaliser le Brexit, pour sa première rencontre officiele avec un dirigeant étranger.

«La Grande-Bretagne vivait un équilibre dans l'UE [...] et là elle est en train de se vassaliser», a déploré le candidat ni-de-droite-ni-de-gauche sur France Culture ce 27 janvier 2017. Le poulain de Jacques Attali, fervent défenseur de la mondialisation à la fois migratoire et économique, s'est ainsi efforcé d'articuler et d'arbitrer entre les différentes formes de soumission. Quitte à regretter «le repli des Etats-Unis» lequel ne garantirait plus la sécurité de l'Europe, semblant indiquer par là que l'Union européenne dépendrait bien des Etats-Unis.

Dans un exercice de rhétorique délicat, Emmanuel Macron, invoquant la «souveraineté» (troquée pour «vassalisation» dans le cas du Royaume-Uni) a exhorté l'«Europe et la France au premier chef» à «prendre leurs responsabilités [afin] de construire une nouvelle forme de souveraineté : leur sécurité, leur défense [déléguées à l'Union européenne] mais aussi leur souveraineté financière et monétaire [déléguée à la Commission européenne pour les budgets nationaux et à la BCE pour la monnaie]».

Pour Emmanuel Macron, l'abandon de souveraineté à l'Union européenne semble donc préférable à une approche bilatérale entre Etats souverains et au cas par cas. La réponse à ce «vrai déséquilibre du monde qui est en train de se produire», est à trouver, selon l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande, dans une Europe plus forte. Les Britanniques, eux, ont choisi démocratiquement de se prononcer pour le Brexit en juin2016.

Lire aussi : Le premier entretien officiel téléphonique entre Poutine et Trump aura lieu ce 28 janvier

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage