«C’est un facho !» : quand un débat sur la fessée vire à l’affrontement verbal sur LCI (VIDEO)

«C’est un facho !» : quand un débat sur la fessée vire à l’affrontement verbal sur LCI (VIDEO)© Capture d'écran
«Il est important que chacun puisse exprimer ses positions», a rappelé la journaliste de la chaîne

Marie-Aline Meliyi recevait sur son plateau le député François-Michel Lambert (EELV) et l’écrivain Emmanuel Jaffelin au sujet de l’interdiction de la fessée. Le débat a tourné court. Le député a quitté l’émission traitant son adversaire de «facho».

L’un est un parlementaire écologiste à l’origine du texte de loi interdisant les châtiments corporels. L’autre est l'auteur du livre Apologie de la punition. Vous l’aurez compris, quoiqu'invités de la même chaîne de télévision, ils ne sont pas sur la même longueur d’onde. Aussi quand la journaliste de LCI Marie-Aline Meliyi les a reçus sur son plateau, le 4 janvier pour débattre de l’interdiction de la fessée, l’une des mesures adoptée par le Parlement dans le cadre de la loi «Egalité et citoyenneté», cela a fait des étincelles.

Alors qu’Emmanuel Jaffelin affirme que la loi «vient trop tard» car «on n’en fait plus, des enfants», François-Michel Lambert lui rétorque que son contradicteur «a dû rater les derniers chiffres de l'Insee par rapport à la France (1,93 enfants par femme)». C’est à ce moment que l’écrivain lui lance : «Vous savez qui sont les femmes qui font beaucoup d'enfants en France, elles viennent d'ailleurs.»

Fou de rage, le député écologiste s'insurge face aux propos de son interlocuteur. Malgré l’intervention de la journaliste qui rappelle qu’«il est important que chacun puisse exprimer ses positions», François-Michel Lambert quittera le plateau en qualifiant Emmanuel Jaffelin de «facho». «Vous m'amenez une personne qui ne vient pas parler de la violence mais qui vient tenir des propos qui sont limite fascistes», a-t-il ajouté en direction de Marie-Aline Meliyi.  



Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.