Gilbert Collard, les crêpiers et le Canard : retour sur une polémique bretonne

Gilbert Collard, les crêpiers et le Canard : retour sur une polémique bretonne Source: Reuters
Gilbert Collard n'est pas connu pour tenir sa langue dans sa poche : une déclaration évoquant des "stages de crêpiers" lui a valu de se faire recadrer par les représentants de la profession

Pôle Emploi propose-t-il des formations ayant pour seul but de diminuer le taux de chômage? C'est ce qu'a affirmé Gilbert Collard, reprenant l'exemple des «stages de crêpiers» évoqué par le Canard Enchaîné... ce qui a agacé la profession.

Les crêpiers sont en colère contre Gilbert Collard à la suite des propos tenus par celui-ci il y a quelques jours. Réagissant à la baisse du chômage pour le troisième mois consécutif en décembre 2016, le député du Front national dénonçait alors une «supercherie» au micro d'Europe 1, en prenant pour exemple des «faux emplois» proposés par Pôle Emploi pour diminuer artificiellement le nombre de personnes sans activité. La preuve, selon lui : l'existence de «stages de crêpier et d'hypnotiseur». 

Tout en affirmant respecter la profession de crêpier, il a expliqué qu'il s'agissait en réalité de formations qui «n'offrent pas forcément un travail, un emploi pérenne». «On se rend compte que vraiment ce sont d'un côté de faux emplois qui sont créés et de l'autre des emplois d'État», a-t-il également ajouté.

Les déclarations de l'élu ont eu de quoi agacer la profession, qui a tenu à réagir par la voix de François De Pena, représentant des crêperies au sein de l'Union des métiers et des industries hôtelières. Dans un entretien accordé au Télégramme, il a tenu à rappeler que «la crêperie en Bretagne, c'est plus de 1 800 établissements de restauration, et plus de 5 000 en France.» L'erreur d'appréciation de Gilbert Collart témoigne ainsi, selon lui, d'un «homme politique qui ne connaît pas la réalité du terrain, qui parle à tout-va». En effet, la profession «manque cruellement de crêpiers», en dépit des 200 nouveaux apprentis qui sont formés chaque année, a souligné François De Pena.

Constatant la réaction qu'avaient suscitée ses propos, Gilbert Collard a publié un tweet quelques jours plus tard, indiquant sa source : il tirait ces exemples de «stages-farces de Pôle Emploi» d'un article du Canard Enchaîné paru la semaine précédente.

Gilbert Collard n'est pas le premier à émettre des doutes quant à la fiabilité des chiffres du chômage. A gauche comme à droite, plusieurs voix se sont fait entendre pour dénoncer le recours à la formation ou aux radiations automatiques afin d'améliorer de manière factice les résultats du gouvernement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales

Sondage

Parmi ces déplacements de campagne électorale, lequel jugez-vous le plus opportuniste ?

Résultats du sondage