Ces journalistes français qui dénoncent le traitement médiatique sur Alep

Ces journalistes français qui dénoncent le traitement médiatique sur Alep© REUTERS/Omar Sanadiki Source: Reuters
La mosquée Umayyad à Alep

Alors que la défense russe a annoncé le 16 décembre que la libération d’Alep était «accomplie», la polémique enfle autour de la manière dont les médias occidentaux informent sur la bataille. Certains journalistes parlent même de désinformation.

La guerre sur le terrain et sur les ondes. Depuis le début du conflit syrien en 2011, la bataille de l’information fait rage. Les images chocs, tweets et autres témoignages ont envahi journaux télévisés, flashs radio, colonnes de journaux et le web.

En savoir plus : La libération d'Alep est accomplie, selon la Défense russe

La bataille d’Alep semble avoir cristallisé les tensions. Alors que la majorité des médias occidentaux ont pris le parti de dénoncer «les crimes» des armées syrienne et russe, certains grands noms du journalisme ont décidé d'amener de la contradiction à cette version.

En savoir plus : L'«OSDH» : un seul individu, dans une maison en brique, quelque part au Royaume-Uni

Parmi les derniers exemples en date, on peut nommer Frédéric Pons. Ce spécialiste des questions de défense, ancien casque bleu désormais journaliste et enseignant était l’invité d’Yves Calvi sur LCI. Selon lui, il y a «un peu de vrai et beaucoup d'intoxication et de désinformation» dans le traitement médiatique mainstream de la situation à Alep. Il affirme notamment qu’un certain nombre d’images présentées comme venant d’Alep ont été «manipulées».

Le célèbre journaliste André Bercoff s’est quant à lui ému de la «désinformation hallucinante» à propos d’Alep sur le plateau de France Info. Il s’en est notamment pris à l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), source d’un nombre important de médias occidentaux. Il a notamment rappelé que l’organisme ne se résume qu’à une seule personne résidant dans la région de Birmingham.

Le directeur-adjoint de l'information de France 2, Etienne Leenhardt, a pour sa part précisé à David Pujadas sur le plateau du journal de 20 heures qu’un grand nombre de «rebelles» avaient été supplantés par «des combattants islamistes de plus en plus radicaux».

Auteur: The Boss

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»