Son fils s'envole faire le djihad: elle réclame 110.000 euros à l'Etat

Le jeune B. âgé de 16 ans est parti le 27 décembre 2013 avec trois copains niçois© Gonzalo Fuentes Source: Reuters
Le jeune B. âgé de 16 ans est parti le 27 décembre 2013 avec trois copains niçois

Une mère de famille, dont le fils mineur est parti en 2013 faire le djihad en Syrie, attaque l'Etat en justice et lui réclame 110.000 euros. L'affaire sera examinée mardi par le tribunal administratif de Paris.

Il venait de fêter Noël en famille avec sa maman et ses trois frères et soeurs. Trois jours plus tard, le 27 décembre 2013, le jeune B. âgé de 16 ans, s'envolait pourtant rejoindre les combattants de Daesh avec trois copains. Le mineur est monté dans l'avion en direction de la Turquie, avec en poche sa seule carte d'identité. Contrôlé, il n'a pas été inquiété par la Police de l'Air et des Frontières.

«La police a commis une faute grave et un manque de discernement s'agissant d'un mineur, non accompagné, qui se rendait avec un aller simple en Turquie sans bagage» explique l'avocate la mère de famille, Me Samia Maktouf qui rappelle que la Turquie est notoirement connue pour être la «porte d'entrée» vers le sol syrien.

500 Français en Syrie

Récemment converti à l'Islam, l'adolescent n'aurait montré aucun signe de radicalisation estime sa mère, qui raconte n'avoir appris ses intentions que quelques jours avant son départ par le biais de jeunes de la cité. Sans nouvelle de son fils depuis 24 heures, la mère de famille signalera sa disparition dans la nuit du 27 au 28 décembre 2013. Le jeune homme se trouverait aujourd'hui toujours en Syrie auprès des combattants de Daesh. 

Environ 500 Français seraient actuellement en train de combattre en Syrie.© Stringer Source: Reuters
Environ 500 Français seraient actuellement en train de combattre en Syrie.

Une faute de l'Etat à 110.000 euros

La mère de famille, qui a décidé d'attaquer l'Etat français en justice pour faute, réclame donc 110.000 euros au titre du préjudice subi par elle et ses trois autres enfants. «Ce n'est pas l'argent que nous visons, mais nous voulons faire prendre conscience qu'une erreur a été commise. Il faut que les départs de mineurs pour le djihad cessent» a précisé son avocate.

Le ministère de l'Intérieur quant à lui, réfute toute erreur de la part de ses services et rappelle qu'une simple carte d'identité suffit en effet aux mineurs pour voyager à l'étranger. L'autorisation de sortie du territoire pour les moins de 18 ans voyageant seuls, a en effet été supprimée en 2013. L'affaire sera examinée mardi 9 juin par le tribunal administratif de Paris.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales