Palavas-les-Flots : 200 manifestants demandent l'interdiction du burkini sur la plage (VIDEO)

© RT France

En pleine saison touristique, tandis que les plages de la station balnéaire située non loin de Montpellier sont pleines, un groupe de manifestants munis de drapeaux français a défilé le long du littoral pour protester contre le port du burkini.

Munis de pancartes et arborant des slogans tels que «Marre des incivilités», «Palavas contre le burkini», les manifestants, dont certains brandissaient des drapeaux du FNJ (Front national de la jeunesse), ont scandé «On est chez nous» et entamé une Marseillaise .

«J'ai eu le maire au téléphone [...] il joue la montre. Il dit "ce n'est pas à moi de prendre cet arrêté, c'est à l'Etat". Mais il ne faut pas compter sur l'Etat, on connaît tous notre gouvernement. Nous avons demandé à la préfecture, mais nous n'avons pas eu l'interdiction et c'est pour ça que nous sommes là aujourd'hui», a déclaré dans son mégaphone un porte-parole des manifestants.

La manifestation s'est déroulée dans le calme, bien que certains vacanciers se soient montrés offusqués par le rassemblement. Interrogée par le journaliste de Ruptly, l'agence vidéo de RT, une jeune femme a déploré le fait que ce genre de manifestations allait «accroître le climat de haine qui s'est installé chez une partie de la population française envers la communauté musulmane». 

Le samedi 13 août, le juge des référés du tribunal administratif de Nice avait validé l’arrêté municipal pris par le maire de Cannes Les Républicains (LR), David Lisnard, interdisant le port du maillot de bain islamique qui couvre l'intégralité du corps sur la plage.

Selon le tribunal administratif de Nice, le contexte d'état d'urgence et les attentats islamistes survenus au cours des dernières semaines autorisent la mairie de Cannes à interpréter le port du burkini comme autre chose qu'un simple signe de religiosité. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales