Sandra Bertin face à Bernard Cazeneuve, mais qui dit vrai dans cette affaire ?

Source: AFP

Sandra Bertin, chef du Centre de supervision urbain de Nice, a accusé le ministère de l'Intérieur d'avoir fait pression sur elle pour modifier son rapport après l'attentat sur la promenade des Anglais. La polémique enfle et devient une affaire d'Etat

Dans une intervew accordée au Journal du Dimanche, Sandra Bertin, chef du Centre de supervision urbain (CSU) de Nice et secrétaire générale du Syndicat autonome de la Fonction publique territoriale (SAFPT) Métropole-Ville de Nice, affirme que le ministère de l'Intérieur lui a ordonné, au lendemain des attentats de Nice, de décrire dans son rapport des positions spécifiques de la police nationale qu'elle «n'a pas vues à l'écran». Elle accuse le ministère de l'intérieur d'avoir tenté de faire pression sur elle pour manipuler les faits.

La gauche-contre attaque et accuse la droite d'instrumentaliser la polémique

Face aux critiques de l'opposition qui s'est saisie de l'affaire, Manuel Valls a tenu à défendre son ministre de l'intérieur ce 25 juillet sur BFM TV. Il considère Bernard Cazeneuve comme «intègre» et estime que ce dernier est victime d'une campagne de calomnies politique, visant a déstabiliser le gouvernement. «Il faut que cela cesse» a déclaré le Premier ministre, précisant toutefois qu'il fallait laisser la justice travailler sereinement dans cette affaire.

De leur côté, le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux et l'ancien ministre Benoît Hamon ont appelé la policière municipale Sandra Bertin à «donner les noms» des personnes qu'elle accuse d'avoir fait pression sur elle pour qu'elle modifie son rapport sur l'attentat de Nice, estimant que c'était le meilleur moyen pour couper court à la polémique.

Le président de la République François Hollande a lui aussi tenu à soutenir son ministre, ce lundi 25 juillet à l'occasion d'une visite, à Vincennes, à des militaires de l'opération Sentinelle, considérant que Bernard Cazeneuve et Manuels Valls avaient eu raison d'en «appeler à la dignité».

Au micro de RTL ce matin, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas a lui aussi tenu à défendre Bernard Cazeneuve, pointant du doigt Christian Estrosi qu'il accuse d'alimenter une polémique inutile à des fins politiciennes. 

Après le témoignage de Sandra Bertin, assurant qu'elle avait reçu des pressions, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a déposé une plainte pour diffamation. 

La policière qui accuse Cazeneuve plutôt engagée politiquement

En accusant publiquement la place Beauvau de mensonge de manipulation, Sandra Bertin a crée une véritable polémique à l'échelle nationale. Mais est-elle vraiment neutre dans cette affaire ? Depuis quelques heures, ses publications sur les réseaux sociaux apparaissent (ses comptes Facebook et Twitter ont été supprimés depuis). Sous le nom de Sandra Tardeil (le nom sous lequel elle exerce en tant que chef de service de police municipale), elle manifeste son soutien public à Christian Estrosi ou son opposition frontale au gouvernement actuel. Ainsi, dans une publication de septembre 2015, elle critique la «pseudo politique socialo» à propos de l'accueil des migrants.

La policière Sandra Bertin dit avoir subi des pressions du ministère de l’Intérieur pour qu’elle modifie son rapport. Mais selon les informations de France Info et d'Europe 1, elle n'aurait pas été en contact avec un membre du cabinet de Bernard Cazeneuve, mais avec la direction centrale de la sécurité publique. Information confirmée par Marianne, qui précise que Sandra Bertin aurait bien été en contact avec une femme, une commissaire. A la tête de la division «informations et synthèse», elle est chargée d’établir dans les plus brefs délais une chronologie la plus précise possible des faits. Ceci expliquerait tout simplement la pression exercée sur la policière Sandra Bertin.

Une procédure classique de remontée d'information, notamment lorsqu'il s'agit d'affaires liées au terrorisme.

Cependant, reste à savoir si cette fonctionnaire de police qui a reçu le rapport est bien la personne que Sandrine Bertin a eue au téléphone, et qui lui a, selon ses dires, demandé de notifier la présence de policiers nationaux sur la promenade des anglais.

Sandrine Bertin a annoncé en conférence de presse dimanche soir qu'elle transmettrait ce lundi 25 juillet à la justice le nom de la personne qu'elle a eue en ligne.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales