Val d'Oise : six policiers blessés dans des affrontements après la mort d’un Français

© Capture d'écran du compte de Twitter

La mort d’un jeune homme âgé de 24 ans lors de son interpellation a suscité des affrontements entre les forces de l’ordre et la jeunesse dans les villes de Beaumont-sur-Oise et de Persan. Au moins six policiers ont été blessés.

Plusieurs dizaines de jeunes hommes sont descendus dans les rues de Beaumont-sur-Oise et de Persan dans la nuit du 19 au 20 juillet et se sont livrés à des dégradations, des incendies volontaires et des tirs d’armes à feu, potentiellement au plomb, à l'encontre des forces de gendarmerie, après le décès de leur ami, Adam, qui n’avait que 24 ans.

Les témoins déclarent que les jeunes manifestants en criant «Assassins !» à l'encontre des forces de l'ordre et hurlant : «Ils l'ont tabassé à mort».

Le 19 juillet, dans l’après-midi, les policiers avaient arrêté le jeune homme pour une affaire d’extorsion de fonds et d’agression à domicile. Il aurait été victime d’un «malaise cardiaque» lors de son interpellation, selon le rapport de police. Les pompiers appelés sur place n’ont pu que constater son décès. Ses amis, en revanche, affirment qu’il a été tabassé.

Pour le moment, deux enquêtes ont été ouvertes pour faire la lumière sur les circonstances de son décès. 

Selon le directeur de cabinet du préfet du Val-d'Oise, Jean-Simon Mérandat, la situation dans les villes s’est «stabilisée» vers 3h30 grâce à une «occupation extrêmement forte du terrain par les forces de sécurité». Des renforts de police et de gendarmerie ont été appelés, environ 150 gendarmes et policiers ont ainsi fait face aux manifestants en colère. Une «soixantaine de sapeurs-pompiers» ont également été mobilisés car «un certain nombre de poubelles et de véhicules» ont été incendiés.

D’après le bilan officiel de la police, six gendarmes ont été légèrement blessés et l’un des manifestants a été interpellé.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales