Le commandant du rebelle cannibale «modéré» syrien se serait vu accorder l'asile en France

L'ancien commandant de la brigade al-Farouk © Capture d'écran Facebook
L'ancien commandant de la brigade al-Farouk

Abdul Razzak Tlass, l'ancien chef de la brigade Omar al-Farouq, de l'armée syrienne libre, a été vu à Paris il y a quelques jours. Selon des informations circulant sur les réseaux sociaux, la France lui aurait accordé l'asile.

Ce cliché, où il pose avec l'ancien gradé de l'armée syrienne libre (ASL), a été posté par le journaliste algérien Anouar Malek, fervent opposant de Bachar el-Assad, sur le réseau social Facebook.


La photo a été prise à Paris sur le boulevard de la Chapelle, au niveau du croisement avec la rue de Chartres.


Abdul Razzak Tlass, déserteur de l'ASL, a fondé la brigade al-Farouq en 2011, au sein de l'ASL, afin de combattre ses anciens compagnons d'armes et de destituer le président syrien Bachar el-Assad.

L'un des membres fameux de cette faction est Abu Sakkar, le combattant qui avait mangé une partie du cœur d'un soldat syrien, le tout filmé et diffusé sur internet. Passé ensuite dans les rangs du Front Al-Nosra, il fut tué en mars ou avril 2016.

Abu Sakkar, membre de la brigade al Farouq © Capture d'écran YouTube
Abu Sakkar, membre de la brigade al Farouq

Selon le site loyaliste Syrian PC et plusieurs comptes Twitter sur les réseaux sociaux, Abdul Razzak Tlass se serait vu accorder l'asile en France. Mais cette information n'a pas pu être confirmée par une source officielle.

Lire aussi : Syrie : trois histoires un peu trop vite affirmées par les médias occidentaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales