Loi travail : nouvelle journée de mobilisation en France

Manifestation contre la loi travail à Marseille le 14 juin dernier Source: Reuters
Manifestation contre la loi travail à Marseille le 14 juin dernier

Les opposants à la loi travail battent à nouveau le pavé ce mardi 28 juin, jour de vote du texte au Sénat et à la veille de rencontrer Manuel Valls, qui compte renouer le dialogue avec les syndicats mais n'entend pas renégocier le texte.

  • Paris : de nombreux policiers ont été déployés place de la République.

  • La police anti-émeute fait face aux manifestants

  • La CGT a revendiqué une coupure d'électricité à Moulins (Allier) et ses environs pour protester «contre la loi El Khomri et la privatisation d'une partie des activités d'EDF», a indiqué à l'AFP Laurent Indrusiak, secrétaire général de la CGT du département.

    «La CGT revendique cette action», a-t-il déclaré, confirmant une information du quotidien La Montagne. «Cela s'inscrit dans le cadre de la journée d’action contre la loi travail et il n'est pas exclu que nous menions d'autres actions tant que nous ne serons pas entendus», a ajouté le syndicaliste.

  • Quelque 64 000 personnes ont manifesté mardi 28 juin dans toute la France contre la loi travail et 81 ont été interpellées, dont 39 à Paris, ont affirmé les autorités à l'AFP.

    Outre les 14 000 à 15 000 manifestants parisiens recensés par la préfecture de police, contre 55 000 selon les syndicats, 50 000 personnes se sont mobilisées en province dans 138 rassemblements et défilés, a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur Pierre-Henry Brandet. Le 23 juin, 70 000 personnes avaient manifesté dans toute la France et 113 avaient été interpellées, selon les autorités.

  • Près de 200 000 manifestants ont manifesté dans toute la France selon la CGT ce mardi 28 juin, pour la onzième journée de mobilisation contre la loi travail.

  • Le Nouveau Parti Anticapitaliste a dénoncé mardi 28 juin, dans un communiqué, une manifestation «quasiment interdite» à Paris contre le projet de loi travail et «exigé» la levée des barrages qui «bloquent le droit de manifester».

    «La manifestation Bastille-Place d'Italie qui devait finalement être autorisée, est dans les faits quasiment interdite. Un déploiement considérable de policiers bloque tout, empêchant de nombreux manifestants de pénétrer dans le périmètre autorisé par de longues fouilles, bloquant même les voitures chargées d'apporter le matériel des militants», a déclaré le parti dans un communiqué.

  • Entre 14 000 et 15 000 personnes ont manifesté mardi 28 juin contre la loi travail à Paris, a déclaré la préfecture de police de Paris.

    Trente personnes ont été interpellées dont 27 sur les points de filtrage et une autre lors de l'intervention des forces de l'ordre après le jet d'un objet incendiaire, a précisé la préfecture de police. La précédente manifestation parisienne le 23 juin, avait réuni 19 000 à 20 000 personnes selon la préfecture de police, 60 000 selon les syndicats. Cent personnes avaient été interpellées notamment en amont du cortège, qui s'était déroulé sans incident majeur.

  • Les premiers manifestants contre la loi travail à Paris sont arrivés à destination place d'Italie.

  • Plusieurs dizaines de personnes se sont également rassemblées dans la ville de Dijon, en Bourgogne.

    Une votation citoyenne au sujet de la loi travail a été menée par les syndicats.

  • Les syndicats Force ouvrière et CGT, qui ont notamment appelé au rassemblement ce mardi 28 mardi, ont estimé à 50 000 le nombre de manifestants à Paris.

Des résultats partiels de la votation citoyenne contre la loi travail, portant sur plus de 700 000 votants, ont été remis dans la matinée à l'Elysée. Près de 92% ont voté pour le retrait, 8% pour le maintien, selon l'intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU-Unef-UNL-Fidl, qui espère infléchir la position de François Hollande avec cette consultation.

La semaine dernière, le président de la République a répété qu'il irait «jusqu'au bout»: «Parce que c'est essentiel de permettre aux entreprises de pouvoir embaucher davantage, permettre que nous ayons davantage de formation pour ceux qui sont les plus éloignés de l'emploi, davantage d'embauches avec des contrats à durée indéterminée, et davantage pour ce que nous pouvons faire en matière d'insertion».

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales