Brexit : Macron remet en cause l'accord du Touquet qui place la frontière britannique à Calais

Brexit : Macron remet en cause l'accord du Touquet qui place la frontière britannique à Calais Source: Reuters
Des migrants dans le camp de Calais qui marchent devant une tente sur laquelle est inscrit «Londres mon rêve», le 24 juin 2016
Suivez RT France surTelegram

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a déclaré lundi 27 juin à Saint-Omer qu'après la décision des Britanniques de sortir de l'UE, les Français seraient «plus exigeants» à l'égard de Londres sur la gestion des flux migratoires autour de Calais.

Tout en rappelant que les accords du Touquet de 2003 plaçant la frontière britannique avec la France au port de Calais étaient «indépendants» de l'appartenance de la Grance-Bretagne à l'UE, Emmanuel Macrona jugé qu'il est «évident que le contexte politique» créé par le départ des Britanniques «rouvre ces sujets et que nous sommes en droit d'être plus exigeants à l'égard de notre partenaire britannique».

Signé en 2003 au moment du camp de Sangatte, il s'agissait pour le Royaume-Uni de pouvoir contrôler le flux de migrants en provenance de l'Hexagone directement depuis le sol français, avec la possibilité de bloquer les migrants avant qu'ils ne tentent la traversée de la manche.

«C'est une question qui est posée à Bernard Cazeneuve»

«C'est ce qui sera travaillé par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, mais ausi par le Premier ministre et le président de la République», a ajouté Emmanuel Macron. «Notre devoir, c'est de dire qu'il faut être plus exigeants vis-à-vis de la Grande-Bretagne et, en même temps, ne céder à aucune facilité en laissant croire que la solution-miracle existerait», a encore estimé le ministre de l'Economie.

Quant à savoir si le fait d'être plus exigeants signifiait qu'il fallait renégocier les accords du Touquet, le ministre a estimé qu'il s'agissait d'une «question qui est posée à Bernard Cazeneuve» en tant que ministre de l'Intérieur.

Le ministre devait ensuite se rendre à Calais, et notamment au port, a-t-il annoncé, pour «échanger» sur les répercussions économiques du Brexit pour Calaiset sa région, et «voir comment on peut améliorer les choses».

Lire aussi : Grande-Synthe : des migrants bloquent l'autoroute et blessent un CRS

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»