L'UEFA va sanctionner les fédérations turques et croates après des débordements de supporters

© Jean-Philippe Ksiaszek Source: AFP

Lundi, l'UEFA rendra son verdict sur les sanctions envers les fédérations croates et turques de football, poursuivies pour les incidents causés par certains de leurs supporters à Saint-Etienne et à Nice vendredi lors des matchs de l'Euro 2016.

La Croatie est poursuivie pour usage de fumigènes, jets de projectiles, troubles en tribunes et comportement raciste de certains de ses supporters lors du match qui opposait son équipe nationale à la République Tchèque à Saint-Etienne.

La Turquie elle, est visée pour usage de fumigènes, projectiles et invasion du terrain à Nice lors du match contre l'Espagne. 

Dans le premier match, alors que la Croatie menait la République Tchèque par 2 buts à 1, l'arbitre a interrompu le spectacle durant quatre minutes en raison de plusieurs projectiles qui ont atterri sur la pelouse, vraisemblablement lancés par des supporters croates.

Pendant que les joueurs tentaient d'appeler le public au calme, une partie de la tribune d'où provenaient les fumigènes a été évacuée par la sécurité et un pétard a blessé un stadier qui essayait d'éteindre un projectile. La rencontre a finalement pu se terminer, après l'égalisation des Tchèques.

Le 12 juin, des incidents et affrontements sporadiques avaient déjà éclaté aux abords du Parc des Princes à Paris, avant le coup d'envoi de Croatie-Turquie.

Lors du match Turquie-Espagne, plusieurs supporters turcs ont été placés en garde à vue pour avoir utilisé des fumigènes. Plus tôt, 11 ultras espagnols avaient été interpellés en centre-ville pour vol avec violences en réunion. Ils arboraient des tatouages de croix gammées et des visages de «hauts dignitaires nazis», rapporte le quotidien Nice Matin.

Lire aussi : Euro 2016 : des journalistes frappés, volés, quand la presse est prise pour cible (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales