«Scandaleux et honteux» : un journaliste interdit de couverture des manifestations anti loi Travail

Source: Reuters

Avant la prochaine mobilisation contre la réforme du code travail, un photoreporter a reçu un arrêté préfectoral lui interdisant de se trouver à proximité du cortège parisien. Son avocat juge qu’il s’agit «d’une affaire de liberté d’expression».

Le photojournaliste du collectif OEIL (Our eye is life) connu sous le pseudonyme NnoMan, qui travaille également pour le magazine Fumigène, a reçu une interdiction d’assister à la manifestation contre la loi Travail le 17 mai prochain, émanant de la préfecture de police de Paris.

«Je défends un photojournaliste, photoreporter, titulaire d’une carte de presse qui à de nombreuses reprises se rend sur le terrain tout simplement pour démontrer l’existence de violences policières qui dérangent aujourd’hui au plus haut sommet», a expliqué à RT son avocat Me Hosni Maati qui conteste cette décision devant le tribunal administratif de Paris.

«Pour nous c’est une décision scandaleuse et honteuse. C’est clairement une affaire de liberté d’expression», a-t-il souligné en ajoutant que pour la France et pour la société démocratique, cette pratique n’était «absolument pas courante».

Selon Buzzfeed, le journaliste risque un an de prison et 15 000 euros d’amende en cas de violation de l’arrêté. «Les agents ont annoncé à mes parents que j’étais assimilé à un casseur», a fait savoir NnoMan. Alors que le texte ne mentionne pas sa profession, il indique qu’il était présent «à de nombreuses reprises, lors de manifestations contre, notamment, les violences policières et le projet de réforme du code du travail», qui ont dégénéré «en troubles graves à l’ordre public».

Ces deux derniers jours, plusieurs personnes, y compris des membres du collectif Action antifaciste (AFA) et du groupe Social protest klub, ont reçu, eux aussi, des interdictions de manifester. «Mardi prochain, plusieurs de nos camarades seront donc "interdits de séjour entre 11h00 et 20h00 dans les VIe, VIIe, XIVe et XVe arrondissements de Paris et, de 18h00 et jusqu’à 7h00 le lendemain, dans le périmètre autour de la place de la République", précise l’arrêté préfectoral diffusé sur le site de l’AFA.

«Si le préfet Cadot pense nous porter un coup au moral, il vient de faire exactement le contraire. [...] Vous voulez nous faire sortir par la porte ? On rentrera par la fenêtre», soulignent les militants de l’organisation anti-fasciste.

Lire aussi : Loi travail : Première grande journée de mobilisation après le 49.3

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales