Le syndicat Alliance appelle les policiers à se mobiliser le 18 mai contre «la haine anti-flic»

Un manifestant armé d'une barre de fer arrêté par des policiers de la brigade anti-criminalité © LOIC VENANCE Source: AFP
Un manifestant armé d'une barre de fer arrêté par des policiers de la brigade anti-criminalité

Le syndicat majoritaire des gardiens de la paix Alliance appelle mercredi les policiers à manifester le 18 mai, pour dire «stop à la haine anti-flic», après deux mois de manifestations marquées par de nombreux affrontements.

Au vu du sentiment de «défiance relayé jour après jour contre des policiers fatigués, épuisés» et des «centaines» de policiers blessés dans les manifestations, Alliance veut mobiliser «pour que tout cela cesse», annonce le syndicat dans un communiqué de presse.

Alliance «s'indigne de cet acharnement irresponsable à vouloir faire croire que les policiers sont des brutes sauvages qui frappent aveuglément sur la jeunesse» et dénonce «cette démagogie idéologique qui prône la haine et la violence contre la police républicaine».

Depuis deux mois, les forces de l'ordre sont fortement mobilisées pour encadrer les manifestations contre la réforme de la loi travail, émaillées de violences et rythmées par des slogans du type «Tout le monde déteste la police».

La publication de deux affiches provocatrices de la CGT, le 19 avril puis le 3 mai, a suscité une vive polémique autour des violences policières et provoqué l'ire des syndicats de police et du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve. La dernière affiche, mise en ligne le 3 mai par le syndicat Info'com de la CGT, montre des jambes de policiers en tenue d'intervention debout sur des traces de sang et elle est barrée du slogan «Stop à la répression !».

Alliance «rappelle au ministre de l'Intérieur de saisir la justice contre ces attaques calomnieuses envers les représentants des forces de l'ordre et exige une vraie réponse pénale pour ceux qui portent atteinte aux forces de sécurité».

De leur côté, les manifestants dénoncent des interventions de la police de plus en plus brutales et de nombreux blessés, même si les chiffres restent difficiles à comptabiliser. Lors d'une manifestation à Rennes, un étudiant a notamment perdu un œil après avoir été touché par un tir de lanceur de balle de défense.

Plus de 1 000 personnes ont été interpellées depuis deux mois et plus de 300 policiers et gendarmes ont été blessés, selon une source policière. Parmi eux, un policier en civil avait été touché à la tête par un pavé lancé par un manifestant à Paris lors de la manifestation du 28 avril dernier. Transporté en «urgence absolue», son état, jugé «sérieux», s'est néanmoins amélioré.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales