L’imam Hassen Chalghoumi reçoit la «médaille du courage» du centre Simon Wiesenthal

L'imam Chalghoumi en compagnie du réalisateur français Nicolas Boukhrief lors de la cérémonie© Valérie Macon Source: AFP
L'imam Chalghoumi en compagnie du réalisateur français Nicolas Boukhrief lors de la cérémonie

Au cours d'une cérémonie huppée qui s'est tenue lundi dans un hôtel de Beverly Hills aux Etats-Unis, l'imam de Drancy, figure médiatique controversée en raison de sa proximité avec Israël, a été salué pour sa «promotion du dialogue inter-religieux».

C’est dans le prestigieux hôtel 4 étoiles Beverly Hilton, en banlieue de la ville californienne, qu’avait lieu le dîner annuel national du Centre Simon Wiesenthal, décrit par le journal local The Hollywood Reporter comme «le principal rassemblement de la communauté juive de Los Angeles».

L'organisation, qui lutte contre le racisme et perpétue la mémoire de la Shoah, a décidé, parmi différentes personnalités américaines, de saluer le travail de l’imam français Hassen Chalghoumi pour son combat contre l'antisémitisme.

Ce dernier s'est alors engagé dans un discours ému : «Mon combat c’est celui d’une vie, de chaque instant. C’est d’abord celui d’un homme qui croit en l’humanité. C’est aussi celui d’un Imam, porté par la dévotion à l’Islam, convaincu que l’antisémitisme, le racisme et l’extrémisme n’ont pas droit de cité.»

Lire aussi : BHL, Fourest, Chalgoumi, Pascal Boniface contre les «pompiers pyromanes»

En France, l’imam, qui apparaît régulièrement sur les plateaux de télévision, a plusieurs fois suscité la polémique en raison de prises de positions controversées. En 2012, son voyage officiel en Israël avec une délégation de 12 imams avait fait couler beaucoup d’encre, de même que sa rencontre, en mars 2013, avec le président de l’Etat hébreu, Shimon Pérès.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales