A Perpignan, une manifestation de lycéens contre le projet de loi Travail dégénère (VIDEO)

© Le Figaro

A la veille de la mobilisation nationale contre le projet de loi travail, des centaines de lycéens survoltés, venus de plusieurs établissements de la ville ont défoncé le portail du lycée Aristide Maillol, blessant un enseignant.

«On a été prévenus de l’arrivée du cortège et qu’une soixantaine de ces manifestants étaient agressifs. Dans le cadre du plan vigipirate, les grilles étaient fermées et la police présente sur place. Les jeunes ont essayé de faire comme devant les autres lycées, de forcer le portail pour pouvoir entrer. Sauf que le notre a cédé sous la pression et malheureusement, un enseignant a chuté en essayant de se dégager du portail et s’est fracturé le pied et le coude», raconte Jean-Marie Mercadal, proviseur du lycée Maillol, cité par Le Figaro Etudiant

En marge de la mobilisation programmée demain dans toute la France contre le projet de loi travail, des lycéens de Perpignan avaient décidé de manifester violemment. 

Tout a débuté devant le lycée Picasso, bloqué pendant la nuit par des lycéens avec des poubelles et des palettes, comme le rapporte Le Figaro Etudiant. Les lycéens ont ensuite fait le tour des établissements de la ville pour motiver leurs camarades jusqu’au lycée Aristide Mailol, où la manifestation a dégénéré : les jeunes surexcités ont défoncé le portail d’entrée de l’établissement, blessant un enseignant qui se trouvait derrière. La police, qui du fait du plan Vigipirate était sur place, est alors intervenue, retenant les manifestants à l’extérieur de l’enceinte du lycée. A l'issue de cet échange musclé, un lycéen a été interpellé.

Cette manifestation spontanée et isolée contre le projet de loi Travail s'est tenue alors que les organisations de jeunesse appellent à manifester demain. Pour Le Figaro Etudiant, la tenue ce mardi d’un bac blanc dans l’établissement n’était surement pas étrangère à cette mobilisation soudaine à Perpignan. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales