«Vous êtes les pantins de l'Europe», Manuel Valls alpagué au Salon de l'agriculture (VIDEO)

Manuel Valls au Salon de l'Agriculture Source: AFP
Manuel Valls au Salon de l'Agriculture

Le Premier ministre s'est arrêté à de nombreuses reprises aux différents stands du Salon de l'agriculture le 29 février. Il a discuté avec les agriculteurs, le visage grave, au cours d'une visite effectuée dans un calme relatif.

«Vous êtes les pantins de l'Europe», ou encore «Vas te cacher. T'as rien compris petit zizi, tu vas pas changer l'Europe», ont notamment lancé certains éleveurs au Premier ministre. Cette visite intervient après celle de François Hollande, le 27 février dernier, au cours de laquelle le président français avait rencontré l'hostilité des agriculteurs.

Manuel Valls a aussi essuyé quelques huées et quolibets d'éleveurs désabusés dans la partie du Salon consacrée aux vaches laitières, après être arrivé bien avant l'ouverture aux visiteurs et entouré d'un imposant service d'ordre. 

Cette visite intervient alors qu'un militant de la CGT a été condamné par le tribunal de Mulhouse à 250 euros d'amende et 500 euros avec sursis pour outrages envers les forces de l'ordre et au Premier ministre à l'occasion d'une manifestation qui s'est déroulée le 22 février à Mulhouse. Les agriculteurs mécontents étaient prévenus.

Lire aussi : Un syndicaliste CGT condamné à 250 euros d'amende pour avoir manifesté contre Manuel Valls

«Une prise de conscience de la gravité de la crise»

Le Premier ministre a indiqué qu'après la visite, la semaine passée, du commissaire européen Phil Hogan, il y avait à Bruxelles aussi, «une prise de conscience de la gravité de la crise». Les éleveurs attendent «des prix rémunérateurs», il faut que le lait soit payé par les laiteries au minimum 350 euros la tonne (35 centimes le litre contre 30, voire parfois 27 actuellement), et «pour bien réinvestir, il faudrait avoisiner les 400 euros», a expliqué José Baechler, un éleveur du Lot-et-Garonne.

Cette visite a lieu quelques heures avant la fin officielle des négociations commerciales, le 1er mars à minuit, entre les industriels et la grande distribution (GMS), accusée de tirer les prix vers le bas et d'entraîner les agriculteurs dans cette spirale infernale. Depuis une dizaine de jours, les principaux acteurs de ces négociations, industriels de l'agroalimentaire et responsables agricoles, se relaient pour dénoncer des «négociations plus dures que jamais» avec les représentants des GMS, qui prennent parfois l'allure d'une «garde à vue» selon un industriel qui s'exprime sous le couvert de l'anonymat.

«Nous avons appelé les enseignes de la grande distribution à faire preuve de solidarité en ne baissant pas les prix lors des négociations commerciales pour 2016», prévenait la semaine dernière Manuel Valls. Le 27 février, le président Hollande a enfoncé le clou, affirmant que l'Etat devait «faire pression sur les distributeurs pour une vraie reconnaissance du travail de l'agriculteur».

Lire aussi : EN CONTINU : Salon de l’Agriculture sous (très) haute tension à Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales