Crash de l'A320 de Germanwings : le copilote allemand a eu la "volonté de détruire l’avion" (VIDEO)

Le procureur de Marseille Brice Robin a déclaré lors d'un point de presse que le copilote a refusé d'ouvrir la porte au commandant de bord qui était sorti du cockpit et a actionné le bouton de perte d'altitude par volonté de détruire l'avion.

Selon la version présentée par le procureur général de Marseille Brice Robin, le copilote allemand de l’airbus A320 Andreas Lubitz, est resté seul dans la cabine de pilotage et a manipulé délibérément le bouton de descente de l’appareil, ce qui a provoqué la chute fatale de .

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a immédiatement déclaré qu’il était «bouleversé» par les révélations concernant le crash de l'Airbus A320 de la compagnie Germanwings.

«Bouleversé par les dernières informations des enquêteurs. De nouveau, notre affection émue aux familles», a écrit Mariano Rajoy sur son compte Twitter, après qu’on a appris que le copilote a volontairement précipité l'avion contre la montagne.

Le patron de Lufthansa, Carsten Spohr, s’est dit «abasourdi» après avoir eu connaissance de l'acte volontaire du copilote. «C'est avec effroi que nous avons appris cela, nous sommes tous bouleversés, inquiets, ces révélations sont incroyables. C'est le pire évènement dans l'histoire de notre compagnie, je le redis, nous avons confiance dans nos pilotes», a-t-il déclaré.

Selon les dires du procureur,  la boite noire retrouvée sur les lieux du crash a permis de recouvrir la retranscription des 30 dernières minutes de conversation du cockpit. Alors que pendant les 20 premières minutes la conversation semble normale, dix minutes avant le crash, le commandant de bord quitte la cabine, et demande au copilote de prendre les commandes. A partir de ce moment le copilote est seul, on l’entend respirer mais il ne répond ni au contrôleur aérien depuis Marseille, ni aux autres pilotes. Il n’ouvre pas la porte au commandant de bord malgré ses injonctions répétées. Faute de message de détresse lancé par le pilote, la tour de contrôle à Marseille a déclenché l’alarme elle-même.

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les portes d’Airbus séparant la cabine du reste de l’avion est blindée et sécurisée par un digicode afin d'éviter les d’intrusions. 

C’est lorsqu’il est seul que le copilote a manipulé le bouton actionnant la descente de l’appareil. Le procureur a souligné que «l’action sur ce sélectionneur d’altitude ne peut être que volontaire», d’où la conclusion préliminaire qu’il s’agit d’une décision délibérée du copilote. 

Brice Robin a également indiqué que le copilote était de nationalité allemande, s’appelait Andreas Lubitz et n’était pas répertorié comme terroriste.

Le procureur de la République de Marseille a réfute la piste terroriste : «Au jour où je vous parle, il n'y a, à mon sens, aucun élément qui milite en faveur d'un attentat ». Il ajoute même «Avec l'ensemble des investigations qui sont portées à ma connaissance, rien ne permet de dire qu'il s'agit d'un attentat terroriste».

Ces informations ont été révélées grâce à la boite noire retrouvée la veille. Brice Robin a déclaré que la deuxième boite noire n’a toujours pas été localisée.

Source : Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA, France, www.bea.aero)
Source : Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA, France, www.bea.aero)

D’après le procureur de Marseille, le relevage des corps sur les lieux du crash a commencé, ainsi que la chaine d’identification. Il a également informé la mise en place d’une entraide judiciaire internationale entre les parquets français, allemands et espagnols.

Le vol 4U9525 Barcelone-Dusseldorf de la compagnie Germanwings s'est écrasé mardi matin près du village alpin de Seyne-les-Alpes dans les Alpes-de-Haute-Provence. Il transportait 150 personnes.

Source : Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA, France, www.bea.aero)
Source : Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA, France, www.bea.aero)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales