La bombe découverte dans un avion d'Air France en provenance de l'île Maurice était factice

Source: Reuters

A la suite de la découverte d'un colis suspect à bord, un avion d'Air France a dû atterrir d'urgence dans la nuit de samedi à dimanche à Mombasa, au Kenya, a fait savoir la police du pays.

Plus de peur que de mal pour les 459 passagers et 14 membre d'équipage du vol AF 463 d'Air France en provenance de l'île Maurice à destination de Paris Roissy Charles de Gaulles. Le colis suspect retrouvé dans les toilettes de l'avion et qualifié de «bombe» par les autorités Kenyanes, était en réalité factice. Plus tôt, le porte-parole de la police Charles Owino avait informé que des experts en explosif de la Marine et du Département d'investigations criminelles de la police (CID) étudiaient en ce moment le dispositif trouvé au sein du Boeing 777 de la compagnie française.

© Reuters Source: Reuters

Le responsable kenyan a notamment fait savoir que les passagers ont préalablement été évacués vers différents hôtels de Mombasa pendant que d'autres étaient encore interrogés pour recouper les témoignages et ainsi permettre à la police d'en savoir plus sur les étapes qui ont amené à découvrir. Selon les dires de certains passagers, de nombreux d'entre-eux ne semblaient informé de la découverte d'un colis suspect. «L'avion descendit lentement, alors nous avons réalisé que sans doute quelque chose clochait. Nous ne savions pas ce qui se passait réellement, nous avons mis notre ceinture de sécurité et nous sommes préparés à atterrir à Mombasa en raison d'un problème technique, mais en fait ce n'était pas un problème technique, il y avait visiblement quelques chose dans les toilettes, comme une bombe ou quelque chose comme ça. Je ne l'ai pas vue, mais d'autres personnes l'ont vue» a relaté un passager à un journaliste de RT

Si les rumeurs autour d'une probable tentative d'acte terroriste ont fleuri sur les réseaux sociaux, plusieurs médias français ont tenté d'apporté un démenti ferme. Selon France Info, la bombe aurait été fabriquée à partir de «plusieurs objets répartis dans de petits sacs portés par deux personnes de la même famille qui étaient montées à bord de l'avion». Elles ont été par la suite interpellées. Plus tard dans la journée, la compagnie Air France s'est exprimée par le biais de PDG Frédéric Gagey. Ce dernier a apporté plusieurs informations supplémentaires. «Selon les informations dont nous disposons à ce stade, l'engin n’était pas susceptible de créer une explosion ou des dommages à l’avion, mais était plutôt un ensemble de cartons, de feuilles de papier ainsi qu’un minuteur.» A présent, les interrogations se succèdent sur la présence d'un engin de ce type à bord d'un avion habituellement interdit même si celui-ci est factice. 

Les djihadistes tentent de semer la terreur en Occident

Dans une interview à RT France, Mansouria Mokhefi, conseillère spéciale pour le Maghreb et le Moyen-Orient à l'Institut Français des Relations Internationales (IFRI), a indiqué que l’incident «met en lumière le déficit sécuritaire qui peut exister dans de nombreux aéroports».

Elle a appelé tous les pays et aéroports à renforcer leur sécurité en soulignant la menace globale qui peut «émaner de partout». Cependant, selon elle, il est trop tôt pour dire désigner un responsable, pour savoir qui a déposé la bombe factice dans l’appareil, l’enquête venant juste de commencer.

Mansouria Mokhefi a ajouté que «de manière générale, tout ce qui peut alimenter les anxiétés, la peur, les craintes est bienvenu et entre tout à fait dans l’agenda des djihadistes».

Selon elle, ces terroristes souhaitent instiller la panique et la peur dans les populations des pays occidentaux, ainsi que semer la discorde au sein de ces pays. En effet, de cette façon, ils espèrent faire naître des conflits entre les populations d’origine non musulmane et les populations immigrées ou leurs enfants d’origine musulmane.

Aller plus loin : Un vol d’Air France San Francisco-Paris a été dérouté vers Montréal à cause d'une alerte à la bombe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales