De l'extrême-gauche à l'extrême-droite : réactions au discours du Congrès de Versailles de Hollande

Les parlementaires réunis au Congrès de Versailles © Capture d'écran Twitter
Les parlementaires réunis au Congrès de Versailles

François Hollande a fait la quasi-unanimité suite à son discours au Congrès de Versailles, où la quasi-totalité de l'assemblée s'est levée pour l'applaudir, à l'exception des députés et sénateurs Front National...

A la gauche de la gauche de l'échiquier politique, Olivier Besancenot et Jean-Luc Mélenchon ont critiqué le Président de la République, tout en reconnaissant, pour le chef de file du parti de gauche, le mérite de faire fit de l'austérité budgétaire pour assurer le «pacte de sécurité». La sénatrice communiste Elianne Assassi a elle constaté que les guerres menées depuis le 11 septembre 2001 n'avaient pas tenues leurs promesses en termes de paix.


Élues pour le parti Europe Ecologie les Verts, Esther Benbassa et Cécile Duflot se sont notamment inquiétées des risques pour la démocratie que pouvaient contenir l'instauration d'un couvre-feu d'une durée de trois mois.



Sans surprise, la majorité a soutenu le Président, à l'exception de quelques frondeurs, dont Pourria Amirshahi, qui a d'ors et déjà fait savoir qu'il voterait contre l'instauration prolongée de l'Etat d'urgence.



Du côté des Républicains, Jacques Myard a notamment rappelé que la France avait soutenu des combattants en Syrie, qui n'étaient pas «forcément de bon aloi», ajoutant sur un ton ironique afin de pointer l'intérêt limité de la démarche de ce congrès qu'un simple discours à la télévision du Président aurait pu faire faire des économies. Hervé Mariton, a lui été déçu que François Hollande n'ait pas prononcé le mot «islamisme».


L'extrême-droite s'est montré particulièrement critique de François Hollande, certains, comme David Rachline, Gilbert Collard et Marion Maréchal-lePen, ont préféré rester assis alors que l'ensemble des parlementaires s'étaient levés pour applaudir le chef de l'Etat. Marine le Pen a elle appelé à la fermeté, notamment vis-à-vis des migrants. Des propos appuyés par son lieutenant Florian Philippot dans les médias.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales