353 signalements en novembre pour des atteintes à la laïcité au sein de l'Education nationale

- Avec AFP

Le lycée Joliot Curie à Nanterre, aurait fait l'objet de tensions en octobre au sujet de l'autorisation, ou non, du port de certains vêtements au sein de l'établissement (image d'illustration).© Bertrand GUAY Source: AFP
Le lycée Joliot-Curie, à Nanterre, aurait fait l'objet de tensions en octobre au sujet de l'autorisation, ou non, du port de certains vêtements au sein de l'établissement (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le ministère de l'Education nationale a recensé 353 signalements en novembre pour des atteintes à la laïcité, soit deux fois moins qu'en octobre, avec toujours une forte part des incidents liée au «port de signes et tenues» religieux.

Le mois de novembre a vu fleurir 353 signalements pour des atteintes à la laïcité au sein de l'Education nationale, a fait savoir le ministère ce 9 décembre. En octobre, 720 incidents avaient été recensés dans les 59 260 écoles, collèges et lycées, selon les chiffres dont la publication coïncide avec la journée nationale de la laïcité.

«[Cette baisse] nous incite évidemment à continuer à la fois en veillant à bien appliquer la loi de 2004 avec fermeté et avec discernement, en accompagnant les équipes pédagogiques, en formant aussi les enseignants et les chefs d'établissements», a réagi le ministre, Pap Ndiaye, sur France Info.

Dans le détail, 39% des incidents recensés le sont pour «port de signes et tenues» religieux, contre 40% en octobre, précise le ministère dans un communiqué. 

Il s'agit du «port de signes manifestant ostensiblement une appartenance religieuse», et du «port de tenues qui ne manifestent pas par nature une appartenance religieuse, comme des jupes ou des robes longues, des abayas et des qamis», précise le texte selon lequel les signalements concernent «principalement les espaces et temps d'activités hors de la classe».

85% des faits sont commis par des élèves

«On échange avec les élèves, on échange avec les familles en leur demandant de retirer le signe ou le vêtement en question, et dans l'immense majorité des cas on résout les problèmes», a commenté le ministre.

Viennent ensuite les provocations verbales (12%, contre 14% en octobre), la suspicion de prosélytisme (12%, contre 10%), la contestation d'enseignement (10%, contre 12%), les revendications communautaires (8%, contre 6%), le refus d'activité scolaire (8%, contre 5%), le refus des valeurs républicaines (4%, contre 9%).

La majorité des faits ont été commis par des élèves (85%) et la majorité également ont eu lieu dans des collèges (48%, contre 52% en octobre). Environ 36% ont eu lieu dans des lycées (37% en octobre).

Ces chiffres étaient auparavant communiqués chaque trimestre, mais leur publication est passée à un rythme mensuel depuis la rentrée, à la demande du ministre qui a promis la «transparence» sur ces sujets.

L'Etat s'inquiète du poids de la mouvance islamiste sur les réseaux sociaux

Une note des services de l'Etat a pointé du doigt, mi-octobre, la «multiplication» des atteintes à la laïcité. Elle complétait une alerte déjà émise fin août, qui accusait la «mouvance islamiste» de remettre «en cause le principe de laïcité à l'école» en s'appuyant sur les réseaux sociaux, notamment Twitter ou TikTok.

Dans l'Education nationale, 130 000 personnes ont été formées à la laïcité au premier semestre 2022 et «le défi» est d'avoir formé un million de personnes d'ici à 2025, indique le gouvernement. L'ensemble de la fonction publique compte 5,7 millions d'agents. «Nous avons déjà déployé 2 000 référents [laïcité], formé 170 000 agents, nous formerons l'ensemble des agents publics d'ici 2025», a promis ce 9 décembre sur CNews le ministre de la Fonction publique, Stanislas Guerini.

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix