Plainte contre Alexis Kohler : une tentative de déstabilisation contre Emmanuel Macron ?

Plainte contre Alexis Kohler : une tentative de déstabilisation contre Emmanuel Macron ?
L'avocat Régis de Castelnau sur le plateau de RT France

Invité à réagir à l'ouverture d'une enquête contre le bras droit d'Emmanuel Macron pour «soupçons de conflit d'intérêt», l’avocat Régis de Castelnau estime que les chances d'aboutir à une condamnation sont minimes.

Régis de Castelnau, avocat et animateur du blog Vu du droit s’est exprimé ce 4 juin sur RT France au sujet de la plainte de l’association anti-corruption Anticor contre le secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler, pour «prise illégale d’intérêts» et «trafic d’influence». Après avoir rappelé en préambule de son intervention la gravité des accusations portées contre le bras droit d'Emmanuel Macron, Régis de Castelnau a estimé que cette affaire était «tirée par les cheveux».

L’avocat a expliqué que, pour démontrer la culpabilité d’Alexis Kohler, le Parquet financier, en charge de l’enquête, devait initialement prouver que la nomination du secrétaire de l’Elysée au sein de l’administration de STX était directement liée à ses liens familiaux. Le secrétaire général de l'Elysée occupait en effet plusieurs postes à hautes responsabilités au ministère de l'Economie lorsque d’importants contrats ont été signés entre STX France, propriété de l’Etat français et MSC, entreprise fondée et détenue par le cousin germain de la mère d'Alexis Kohler. 

Pour Régis de Castelnau, la recherche d’une preuve sur la présence d’un éventuel conflit d’intérêt dans ce cas précis reste particulièrement difficile.

Par ailleurs, il a jugé peu probable que cette affaire aboutisse à une condamnation. «Le Parquet national financier, en torpillant la candidature de François Fillon, a facilité sinon favorisé l’arrivée au pouvoir de monsieur Macron», a remarqué Régis de Castelnau, estimant peu probable qu'il se montre aujourd'hui «méchant» envers le chef de l'Etat.

Interrogé sur l’association Anticor, il a exprimé sa réserve de voir des associations s’immiscer dans des affaires médiatiques : «Cela enclenche des processus, des polémiques, des médiatisations qui font peser un climat délétère.»

Enfin, s’il a jugé que les affaires dans lesquelles étaient impliqués Michel Pénicaud et Richard Ferrand devaient logiquement amener la justice à enquêter, cette nouvelle affaire constitue selon lui, une tentative de déstabilisation contre Emmanuel Macron.

Lire aussi : «Prise illégale d’intérêts», «trafic d’influence» : le bras droit de Macron visé par une plainte

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter