Blanquer estime que l'allocation de rentrée scolaire sert parfois à acheter des «écrans plats»

Blanquer estime que l'allocation de rentrée scolaire sert parfois à acheter des «écrans plats»© Christophe ARCHAMBAULT Source: AFP
Vidéo
Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer à Paris le 26 août 2021.
Suivez RT France surTelegram

Le ministre de l'Education a déclaré «qu'il y a parfois des achats d’écrans plats plus importants au mois de septembre qu'à d’autres moments» grâce à l'ARS. Une affirmation démentie par le passé par Agnès Buzyn et Nadine Morano.

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a assuré le 29 août sur France 3 que l'allocation de rentrée scolaire (ARS) ne servait pas toujours à l'achat de fournitures pour les enfants : «On sait bien qu'il y a parfois des achats d’écrans plats plus importants au mois de septembre qu'à d’autres moments», a-t-il répondu, alors que le journaliste l'interrogeait sur une proposition de loi d'une députée MoDem qui souhaite verser cette allocation sous forme de bons d'achat.

Attribuée sous conditions de ressources, l'ARS s'élève pour 2021 à 370,31 euros pour les enfants de 6 à 10 ans, 390,74 euros pour les enfants de 11 à 14 ans, et 404,28 euros pour les adolescents de 15 à 18 ans, et a été versée au mois d'août aux familles concernées.

L'affirmation de Jean-Michel Blanquer, dont il n'a pas donné la source durant son intervention télévisée, a été nuancée par deux articles de France Info et Libération, qui reposent sur un sondage réalisé par la Caisse d'allocations familiales en 2013. Bien qu'il s'agisse d'une étude basée sur du déclaratif, 99% des parents interrogés assuraient utiliser l'ARS pour acheter des fournitures scolaires et 95% des vêtements. Le reste se dispersait entre les dépenses d'assurance, de cantine, de transport ou encore les affaires de sports. 

Par ailleurs, l'ancienne ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn avait assuré en 2017 qu'«aucune étude sérieuse ne prouv[ait] que l’ARS [était] effectivement utilisée par les familles à d'autres fins que les dépenses de rentrée scolaire». En 2010, dans Le Figaro, l'ex-secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano avait avancé : «Il y a des abus, mais ils sont marginaux comme le démontre une étude conduite auprès de 10 000 familles par dix caisses d'allocations familiales». Par ailleurs, elle avait expliqué que la mise en place de bons d'achat «renchérirait le coût de gestion de l'allocation et risquerait de créer des distorsions de concurrence entre les grandes chaînes du commerce et les petits commerçants».

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram
En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»